Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Politique, culture, éducation, formation pour la vie démocratique - blog créé le 10 mai 2006

Le plaisir d'être à nouveau sur le marché de Creil à la rencontre des habitants

Ce Samedi, j'étais sur le marché de Creil, Place Carnot. L'occasion de distribuer un millier de tracts reprenant l'adresse de Marie-George Buffet à ceux qui hésitent encore. En haut des marches de la place Carnot, pas d'UMP ni d'UDF, ils ont du partir en week-end laissant leur ami G. Ricalens tout seul qui est passé incognito sans drapeau, ni tract, ni tambour, ni trompette ! Seuls sont venus des camarades de la CGT retraités et des militants de L.O. .Les militants socialistes étaient également là pour distribuer des chocolats au nom de Ségolène Royal : drôle de façon de faire de la politique, mais bon qui va refuser du chocolat, pas moi en tous les cas qui adore cela ! Cependant cela ressemble de plus en plus à une campagne à l'américaine où l'on distribue des gadgets, des petits cadeaux et où l'on évite de débattre des questions de fond et notamment de tout ce qui touche aux raisons de classe de la situation, des responsabilités du grand capital et de son personnel politique de droite et d'extrême-droite.

Il faut agir pour un vrai débat politique favorisant l'échange et la confrontation des idées et du côté du P.S. je n'ai pas du tout le sentiment que c'est cette volonté qui anime les militants : plutôt une sorte de caricature du style, si t'es pas à droite alors tu votes Ségo ! Et bien non, car la gauche est plurielle et qu'on ne peut pas dire que le programme de Ségolène Royal soit franchement à gauche. Jusqu'au bout il faut susciter la réflexion de nos concitoyens, chaque jour va compter jusqu'au premier tour.

C'est pour cela qu'avec ma camarade Christiane de notre côté, nous ne distribuions ni des chocolats, ni des roses, ni des préservatifs mais le programme de Marie-George Buffet. Beaucoup de personnes l'ont pris car il y a encore des gens qui n'ont pas fait leur choix. J'ai rencontré environ une dizaine de personnes qui m'ont dit qu'elle voteraient pour Marie-George.

D'autres m'ont dit hésiter parce que les sondages ne la donnait pas en position de peser face à la droite. J'ai rappelé que ce sont les électeurs qui font l'élection et pas les sondages, mais ai-je convaincu ? La pression des médias est telle qu'elle conduit les gens à oublier que ce sont eux qui sont responsables de leur vote ! 

Comme d'habitude, hélas,  quelques personnes m'ont déclaré qu'elles voteraient pour Le Pen ou quand elles ne le disent pas, elles lançent "je ne voterai pas pour vous parce que vous les défendez !" et quand je demande "qui?" on me répond "vous savez très bien qui...vous savez bien tous ceux qui nous foutent la merde dans les quartiers " En général je ne laisse pas passer. Le racisme, la haine c'est trop grave surtout quand cela vient de gens du peuple, alors quand c 'est possible, j'explique qui est Le Pen, un milliardaire qui en a plein "les fouilles", un défenseur des milliardaires dont la démagogie vise à diviser les gens du peuple. Je ne laisse jamais un un homme ou une femme du peuple dire des mots racistes sans riposter, sans contester, et je tente de le faire raisonner sur le terrain de classe, sur sa propre condition, sur les responsables de sa situation.

La gauche a souvent abandonné ces gens, elle continue de les ignorer et pourtant ce sont nos frères et nos soeurs qui vivent durement dans les quartiers populaires et qu'il faut aider à relever la tête, à lutter, à échanger avec les autres, avec leurs  voisins noirs et  arabes qu'ils méprisent parce qu'ils s'estiment aussi méprisés et parce qu'il y a beaucoup de malentendus et hélas beaucoup d'ignorance et de division. Pas facile, mais a -t-on vraiment le choix ? On doit prendre en compte la réalité, c'est le B-A-BA de tout travail révolutionnaire, prendre notre peuple tel qu'il est et travailler sans cesse à faire avancer la démocratie, les connaissances et la pratique politique des plus humbles, de ceux qui n'ont que leur chaîne à perdre et tout un monde à gagner.

Jeudi dernier, j'étais de nouveau sur le marché de Creil sur le plateau à la rencontre des gens pour leur distribuer la lettre de Marie-Georges Buffet. J'y étais avec Raja Naoua, notre jeune et dynamique candidate aux législatives, suppléante de Jean-Pierre Bosino,  qui est élue républicaine à Creil et avec Yvette Cesbron, qui anime le PCF avec moi sur la ville. Elles sont venues aussi distribuer la lettre de Marie-George et dialoguer avec les gens. Et elles en connaissent des gens ! Yvette est connue par son métier de médecin PMI qu'elle a exercé il y a plusieurs années ici et  par son dévouement associatif et humaniste auprès des plus modestes. Quant à Raja, elle n'a pas cessé de dialoguer avec des connaissances qui pour certaines étaient surprises de voir la jeune femme "faire de la politique". Mais avec Raja et Yvette, faire de la politique c'est parler des vrais problèmes de nos concitoyens, c'est réfléchir avec eux sur les moyens de trouver des solutions justes et humaines, C'est aussi tous ces contacts fraternels dont on a tant besoin face à la dureté de cette société, face au racisme, au chômage, à l'isolement, aux injustices.


Moi aussi, j'aime beaucoup  me rendre au contact des habitants. C'est un marché populaire au vrai sens du terme à l'image de notre ville avec des personnes de toutes origines, un marché aux multiples visages, un marché où l'on se sent bien. Peut-être aussi parce que c'est dans ce quartier que j'ai grandi, que je suis allé à l'école, que j'ai fait les 400 coups avec mes copains, que j'y ai connu mes premières amours. C'est là dans cette cité populaire que j'ai  partagé les premières années de mon adolescence avec d'autres jeunes, que j'ai fait mes premières "armes" d'enseignant et que j'ai connu les militants du PC toujours présents, toujours là aux côtés des plus humbles, vivant parmi eux, avec eux ! C'est dans ce quartier qu'avec les camarades du PC nous nous sommes opposés aux saisies et coupures, aux expulsions. Avec des femmes comme Joelle, Dany, Madeleine, des femmes formidables qui m'ont beaucoup appris de la lutte et de la dignité ouvrière ! Alors c'est aussi un grand bonheur que de retrouver des anciennes connaissances, des anciens élèves, comme leurs parents qui me saluent toujours chaleureusement.

Aujourd'hui plusieurs personnes m'ont dit qu'elles voteraient pour Marie-George Buffet et nous ont encouragés. Une femme a tout d'abord refusé le programme de notre candidate que je lui tendais en me disant qu'elle votait pour Ségolène, pour la gauche, pensant que Marie-George était de droite ! Je lui ai expliqué que la gauche est diverse, que notre programme contenait une politique de gauche en l'invitant  à en prendre connaissance, elle est repartie avec.

Une autre femme m'a dit qu'elle voterait Le Pen en ajoutant "parce que lui au moins on ne l'a pas essayé !" Je lui ai appris que Le Pen est en fait un milliardaire, et que sa politique est entièrement vouée à la défense des gens de la classe capitaliste. A ma question "et vous madame êtes vous, une milliardaire ?", la personne m'a répondu "moi, je suis une simple ouvrière" et je l'ai donc invitée à réfléchir en lui lançant : "franchement, a-t-on déjà vu des milliardaires défendre les intérêts des gens du peuple ?" La dame m'a souri puis s'en est allée...

Un beau monsieur dans sa djellabah à la capuche relevée à cause du vent du nord s'est approché de moi, un vieil arabe avec son sourire comme une invitation tranquille au dialogue. Je lui ai présenté mon respect en le saluant et en lui disant vous êtes  "Hadj" n'est-ce pas ? Le vieil homme me l'a confirmé hochant  la tête. Il s'est approché comme pour me faire une confidence et m'a dit  qu'il gagnait une pension qui ne dépasse pas 700 euros, qu'il est ancien combattant de la France, l'un de ces "indigènes" à qui le cinéma a rendu hommage ces derniers mois, qu'il vit au foyer Sonacotra. A ses côtés son ami me sert la main, lui aussi fraternellement, ils repartent tous les deux avec le petit fascicule de Marie-George.

Je ne donne ici que quelques exemples de ces contacts avec les habitants.

Chaque rencontre est singulière si on veut bien se donner la peine d'écouter les gens et de partager avec eux. Je ne sais pas si je les ai convaincus de voter pour Marie-George, sans doute certains le feront, d'autres pas ou hélas n'iront pas voter du tout, tant la fatalité de cette société inégalitaire et l'idée d'inutilité de la politique pèsent sur les consciences populaires. Mais rien n'est plus précieux que ces contacts humains qui sont  riches de leur diversité et qui font que j'aime tant ma ville et mon pays. La politique commence par là, par ces rencontres, par ce partage et bien des dirigeants seraient bien inspirés d'écouter les gens, non par démagogie, mais tout simplement parce qu'ils en sortiraient grandis d'une richesse humaine que tout l'or du monde ne pourra jamais remplacer !

Image : Merci à notre ami Placide pour ses excellents dessins et son aimable autorisation

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog