Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Politique, culture, éducation, formation pour la vie démocratique - blog créé le 10 mai 2006

La révolte des locataires des tours At Home de Creil

Le Parisien - Frédéric Noury | 30.09.2008, 07h00


PLAFONDS MOISIS, prises électriques pendantes, odeurs pestilentielles, plâtre craquelé, infiltrations, ascenseurs en panne : c’est le quotidien des 188 familles logées dans les trois entrées des tours At Home de la SA HLM de l’Oise, rue Carpeaux, dans le quartier du Moulin, à Creil. Aujourd’hui, un groupe d’habitants appelle à la révolte. Quatre-vingts locataires leur ont déjà répondu pour constituer le collectif des locataires des tours Carpeaux. « On reçoit de nouveaux témoignages tous les jours », jure Marianne, vice-présidente. « Pendant plus de trois ans, j’ai souffert d’infiltrations d’eau et du manque d’isolation l’hiver dans les chambres, raconte Malika, présidente du collectif. Un jour, j’ai décidé de solliciter un huissier pour constater les dégâts, afin de faire pression sur le bailleur. Puis, face à la dégradation des logements, j’ai collé des affiches avec mes filles pour créer une structure de défense. La mobilisation a été rapide. »

Une visite dans quelques logements suffit à évaluer la détresse de certaines familles. « L’eau rentre près de la fenêtre, le carrelage se décolle, le robinet fuit, je n’ai pas d’eau chaude dans la cuisine, et mon fils est souvent malade à cause du froid », énumère Félicité d’un sourire las. Une cuvette recueille l’eau suintant du plafond Un étage plus bas, Patricia présente un appartement coquet qui détonne ! Elle explique : « Mon père a tout refait ! Pendant six mois, j’ai vécu ailleurs tout en payant mon loyer. Les travaux m’ont coûté 3 000 € que je réclame à la SA HLM. » Dans l’appartement mitoyen, Robert montre le coffret du store gonflé par l’eau : « J’ai mis de l’adhésif pour éviter que le vent n’entre dans la chambre des enfants… » Dans la cuisine de Fatima, au8e étage, une cuvette recueille l’eau suintant du plafond couvert de champignons. « Lors de l’état de lieux, en novembre 2007, on nous a dit qu’on allait faire le nécessaire. On attend toujours… » Les parties communes n’échappent pas au manque d’entretien : le rez-de-chaussée du n o 98 porte encore les stigmates de l’incendie du 1 e r janvier 2008.

Depuis peu, des banderoles dénonçant cette situation ont fleuri sur les balcons. « Pour nous, c’est la deuxième Commanderie, lâche Marianne. On n’ose pas faire venir la famille et les amis. Mais on ira jusqu’à créer une association et geler nos charges sur un compte bloqué, car elles varient bizarrement suivant les logements. »

 La direction de la SA HLM n’a pas pu nous répondre hier. Quant aux élus creillois, ils soutiennent l’initiative. « Nous avons interpellé le bailleur avec deux objectifs : lister les travaux par appartement et rencontrer la direction la semaine prochaine pour fixer un calendrier, détaille Jean-Paul Legrand, adjoint au maire PCF chargé de l’urbanisme et du logement. Nous voulons renouer le dialogue entre le bailleur et les locataires. »

Le Parisien

Photo Arnaud Dumontier
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog