Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Pour la démocratie et la République sociale, blog du Manifeste "Citoyens en mouvement" blog créé le 10 mai 2006

Assemblée générale des élus communistes de l'Oise


Intervention de Jean-Paul LEGRAND
Maire-Adjoint de Creil
Président du groupe des élus communistes de Creil
à l'assemblée générale de l'association départementale des élus communistes et républicains de l'Oise - Maison creilloise des loisirs - Samedi 27 septembre 2008
 



Alors que certains prédisaient la disparition des communistes de la scène politique creilloise ou  que d’autres leur promettaient une influence avoisinant les 2 à 3 %, le  travail accompli par les militants, les amis et les citoyens qui ont soutenu la liste  "La Gauche !" durant la campagne électorale  a permis d’obtenir de très bons résultats .Un  travail militant quotidien au plus près des habitants des quartiers populaires, le triplement des effectifs de la cellule communiste, le doublement des voix en faveur des candidats du PCF aux cantonales par rapport à 2001 avec un score de 10,12%, les 7,32% au premier tour pour la liste communiste aux municipales ont permis une représentation communiste nouvelle et renforcée dans l’exécutif municipal à l’issue du deuxième tour et contribué à ce que la ville soit bien ancrée à gauche. La progression du PCF à Creil, l'attitude responsable des militants communistes qui ont voté au deuxième tour pour une liste d’union PS-PCF-PRG-LO ont permis de mettre en échec l’opération d’ouverture à droite menée par les Verts et des dissidents du Parti socialiste qui se sont alliés au Modem sur une liste visant à défaire la gauche.

 En affirmant sans ambiguité une identité révolutionnaire de rupture avec le capitalisme fondée non sur des déclarations de principe mais sur des projets crédibles comme la lutte pour le développement d'une activité autour de la rivière et le futur canal seine nord,  la bataille pour la ligne Creil-Roissy,  la gratuité du stationnement et des transports publics, nous avons mobilisé au delà de l'électorat communiste. En étant chaque soir au porte à porte, en organisant des meetings de rue, en menant une consultation des gens avec un questionnaire, nous avons donné à la campagne un caractère offensif et avons réussi de très bons scores dans les quartiers populaires. 

Un premier enseignement doit être tiré de cet événement : Toute attitude électoraliste et opportuniste est sévèrement condamnée par l'électorat le plus progressiste qui a besoin plus que jamais que les valeurs et les idées du communisme soient clairement affirmées. Ainsi le groupe des élus communistes et républicains du précédent mandat a été sévèrement critiqué pour son manque de lien avec les militants et l'absence de tout compte rendu de son action en direction de la population et de consultation de celle-ci. Refusant d'écouter les critiques portées par les communistes, ses membres ont décidé de ne pas tenir compte de l'avis des adhérents et  ceux qui se sont présentés, se sont engagés sur la liste  socialiste dès le premier tour des municipales. Ce comportement a été sévèrement sanctionné par l'électorat communiste qui ne les a pas suivi, ne s'est absolument pas reconnu dans leur pratique et a choisi de nouveaux élus  proches de ses aspirations.

Un deuxième enseignement peut être tiré de ce résultat : Il n' y a pas de fatalité au déclin de l'influence communiste. Il est nécessaire d’abord de créer les conditions pour que les habitants, les salariés, se rencontrent, partagent leur réflexion, préparent une riposte politique, mais non politicienne, à l’agression du pouvoir Sarkozyste. Une riposte qui se construise dans l’action avec de premières initiatives dans lesquelles les élus communistes ne doivent pas craindre de  mettre clairement en accusation le capitalisme, d'affirmer que la société que nous voulons c'est le communisme. Pas le communisme sous sa caricature soviétique, pas le communisme présenté comme une société étatique et uniformisée, mais le communisme pratique par lequel nous apportons la preuve que la solidarité, la coopération, la démocratie sont efficaces. Pas non plus le communisme complexé face à l'argent, mais un communisme qui fait de l'argent un moyen de développement des hommes car comme le dit un vieux slogan "Il faut prendre l'argent là où il est !" Un communisme enthousiaste qui refuse de se lamenter sur le sort des prolétaires, mais qui fait appel à leur imagination et à leur action.  Un communisme qui démontre dans la pratique quotidienne qu'on peut promouvoir un développement sans précédent de la démocratie.Evidemment cela exige de faire des choix. Nous en parlons souvent entre nous à Creil : combien de temps passons nous en réunion entre élus et combien de temps consacrons nous à la rencontre avec les gens ? N'y a t-til pas un déséquilibre à la faveur des institutions contre la démocratie réelle sur le terrain. Ce deuxième enseignement est que les élus communsites n'ont aucune utilité si ils ne sont pas en permanence en prise directe avec les gens non seulement pour les écouter mais surtout pour construire avec eux, car il ne s'agit pas de se lamenter de la situation mais de la transformer par l'action.

Un troisième enseignement découle de notre expérience de ces six derniers mois de pratique élective. En travaillant loyalement avec nos collègues socialistes et radicaux, c'est à dire en affirmant qui nous sommes sans faux fuyant, en affirmant ce que nous sommes, en présentant nos propres propositions,nous avons fait progresser la réflexion collective. Notre score a renforcé notre crédibilité mais cela ne suffit pas. Il nous a fallu commencer à travailler les dossiers. Et pour cela nous avons sollicité les compétences des camarades de la cellule ou d'amis proches du parti ou encore de citoyens qui ne sont pas communistes mais qui ont des idées très intéressantes. En ce sens nous avons rencontré beaucoup de gens de tous les milieux et de toutes sensibilités.Et ce travail d'écoute , de partage, a commencé à porter ses fruits. Cela est vrai en particulier sur les questions de développement économique et d'urbanisme où nos propositions ont été écoutées et reprises dans le plan d'orientation municipale pour les deux années à venir. Ainsi notre réflexion sur le canal seine nord en particulier commence à être prise en considération très sérieusement, tout comme celle d'un équilibre entre le foncier destiné à l'activité économique et le foncier destiné à l'habitat.

Un quatrième et dernier enseignement découle de notre pratique d'élus depuis que nous sommes dans la municipalité de Creil. Creil est une ville pauvre. La faiblesse de ses ressources fiscales, sa dépendance  vis à vis des subventions d'Etat la place à la merci totale   de la mafia  capitaliste qui gouverne le pays. En réduisant les dépenses publiques de l'état, le pouvoir étrangle notre ville, il lui fait subir des transferts de charge qui sont de plus en plus insupportables, je ne développe pas, vous connaissez. La crise globale du capitalisme est une occasion extraordinaire pour les communistes de préparer les conditions de la révolution en redonnant espoir à des millions de gens. La réalité de cette crise met en accusation le capitalisme très fortement non pas seulement de façon théorique mais très pratique : des millions de gens ont dejà beaucoup perdu, des millions d'autres vont perdre le peu qu'ils avaient rejoignant la grande masse des prolétaires modernes les plus démunis. Comme le disait Marx, ces millions de prolétaires n'ont plus rien à perdre, ils ont tout un monde à gagner !


Mais la caractéristique c'est que ces millions de gens ont été ou sont encore au coeur même de la production et du travail, Leur expérience c'est que c'est eux qui créent les richesses. Ils savent que l'argent existe, ils savent qu'on pourrait l'utiliser autrement. Alors est-ce que les élus communistes et républicains n'ont ils pas un rôle à jouer dans cette situation ? Dans les préparations budgétaires, dans nos rencontres de quartier,  si on inversait les rôles, si on partait du principe que l'argent est à nous, que rien n'est aux capitalistes, si nous exigions tous ensemble  la taxation des actifs financiers des entreprises vers nos collectivités, une taxe professionnelle proportionnelle au profit réalisé, si on commencait nos réunions en imaginant tout ce qu'on pourrait faire avec cet argent dans nos villes, je suis certain qu'on provoquerait de vrais débats.

 Utopie me dira-t-on, mais non pas du tout car nous sommes à la croisée des chemins entre cette crise capitaliste néo-fasciste et  le communisme : autrement dit deux attitudes s'offrent à nous, ou bien nous gérons la crise du capitalisme et  nous devenons des agents du capital en faisant payer les populations, ou bien  nous préparons une rébellion citoyenne qui se transforme en révolution par la lutte pour que l'argent soit contrôlé démocratiquement, qu'il soit utilisé comme  moyen de développement social et économique.  Je pense que les élus communistes doivent comme des porteurs d'eau pour les assoifés, devenir des porteurs d'espoir pour les révoltés. A Creil nous sommes partis de ce principe  : chaque creillois, chaque citoyen, chaque citoyenne représente une richesse de compétence et d'intelligence pour notre ville et pour l'agglomération. Notre rôle est de contribuer à mobiliser toute cette force créatrice au service de la collectivité et de solutions totalement inédites. Depuis septembre de l'an dernier et depuis que nous avons été élus nous avons rencontré des centaines de personnes. Nous avons rencontré des hommes, des femmes, des jeunes représentant une grande diversité et une forte  richesse humaine.


Cette richesse humaine doit passer du stade individuel à celui de l'action collective si nous voulons isoler les orientations et décisions capitalistes et commencer à construire le communisme dans nos pratiques avec un  progrès sans précédent de la vie démocratique. Ainsi je pense que  le débat sur l'intercommunalité  avec la tenue des Etats Genraux organisé par la CAC doit être pour les élus communistes une formidable opportunité de combattre le fatalisme ambiant, de susciter l'intervention des gens, et surtout d'apporter des propositions d'action fondées sur des projets possibles à construire sur nos territoires en faisant appel aux compétences  et expériences de nos concitoyens et en mettant en avant une utilisation non capitaliste de l'argent.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog