Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Politique, culture, éducation, formation pour la vie démocratique - blog créé le 10 mai 2006

Tunisie, une révolution qui accélère l'histoire

Jean-Paul Legrand : "quelque chose de nouveau frappe à la porte du monde"

 

Les politologues de la bourgeoisie semblent complètement dépassés. Ils expliquent qu'après avoir été surpris par la "révolution tunisienne" ils ne savent pas comment le vide politique pourrait être comblé. Pour eux seuls les partis politiques du régime de Ben Ali ou de son opposition officielle pourraient assurer une sorte de gestion du pays après le départ du dictateur. Or le peuple ne l'entend pas de cette oreille et n'a pas l'intention de se laisser désaisir de sa révolution. Je qualifiais dès le 7 janvier dernier ce grand mouvement populaire de "Révolution". Ce n'est pas un hasard. Je crois que les conditions politiques sont réunies en Tunisie pour qu'une expérience démocratique puissante se réalise sur la base d'une auto-organisation populaire. C'est aux Tunisiens de décider de l'avenir de leur société et ils nous montrent qu'ils sont des citoyens du monde qui portent les exigences universelles du prolétariat mondial : en finir avec les oligarchies, avec toute forme de dictature, en finir avec la loi du plus fort, essayer de construire une société fraternelle et solidaire à l'image des formidables manifestations pacifiques de ces derniers jours à Tunis où fraternisent des gens qui ne se connaissaient pas hier et qui dans la joie de la liberté partagent une allégresse qui fait que le peuple prend conscience de lui-même comme une force transformatrice.

 

C'est cette conscience politique qui s'accélère que craignent les puissants de ce monde car si demain tous les peuples se mettaient à imiter les Tunisiens leur système s'écroulerait. C'est cette universalité de la démocratie qui passe au dessus de la méditerranée et vient immédiatement au coeur des millions de Français qui souffrent du capitalisme et retrouvent dans cette révolution tunisienne une espérance pour leur propre combat.

 

C'est dire que nous n'en sommes plus au temps des combinaisons entre partis qu'ils se nomment socialistes, front de gauche, NPA ou LO, ces organisations enferment la lutte de classe dans un cadre institutionnel dépassé parce qu'elles demandent au peuple de les suivre et que la question fondamentale n'est plus là. Elles vont de nouveau concourir à des élections cantonales qui n'intéressent que très peu de monde alors que les enjeux sont bien au-delà de quelques polémiques locales.  Il s'agit d'engager  un combat politique  contre des "réformes"  lesquelles ne sont que la mise en oeuvre d'un réaménagement des territoires qui vise un seul but : faire toujours plus de profit, contrôler les populations dangereuses des quartiers populaires et les salariés des entreprises, démanteler les entreprises insuffisament rentables et au premeir chef les services publics.  Que la droite soit à la pointe de la liquidation des acquis  historiques de notre peuple c'est dans la logique de la course à la rentabilité du capital génératrice de la crise générale en cours, mais que des hommes qui se réclament du socialisme ou du communisme en viennent à considérer qu'ils peuvent gérer les collectivités comme avant, qu'il suffit d'être élu pour que l'avenir s'éclaircisse, c'est une lamentable illusion, qu'ils paieront très cher un jour ou l'autre.

 

Quelque chose de nouveau frappe à la porte de ce monde qui bouscule toutes les vieilles habitudes. Les révolutions n'envoient jamais de carton d'invitation. La crise gigantesque que nous vivons impose de penser de façon entièrement nouvelle, il faut cesser de  gérer le cadre institutionnel comme si la société n'avait pas changé ces dernières décennies. Tout appelle à une autre civilisation, à des institutions démocratiques et auto-gestionnaires crées par le peuple et pour le peuple qui se donnera ainsi les moyens de renverser ce capitalisme destructeur, un capitalisme de plus en plus insupportable pour des millions de gens   qui installe une société de contrôle permanent et de coercition sur nos vies. Tout appelle à la révolution, en Tunisie, en France et dans le monde !

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog