Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Politique, culture, éducation, formation pour la vie démocratique - blog créé le 10 mai 2006

Que se passe-t-il en France ?

Une réflexion sur le mouvement en cours
Les analyses que nous avons développées depuis plusieurs mois avec mon camarade Habib Abba-Sidick au sein de "Colère et Espoir" semblent se confirmer. Nous vivons une époque qui appelle  une véritable révolution  dont le contenu, bousculant les anciens schémas politiques, ne peut être pré-établi car elle sera l'oeuvre des citoyens.
J'ai à plusieurs reprises ici caractérisé notre époque comme celle d'une transition de société. Depuis plusieurs décennies l'explosion des connaissances et du nombre d'êtres humains qui les maîtrisent, la formidable révolution qui a consisté à mettre de l'intelligence dans des machines conduisent à une exigence universelle de démocratie à laquelle  le capitalisme est incapable de répondre. La crise que nous vivons n'est une crise financière qu'en apparence (c'est la pointe émergée de l'iceberg) , car plus profondément dans son essence elle est un bouleversement qui appelle une révolution pour une nouvelle civilisation.
 
15 millions de ménages qui sont à 15€ près pour finir le mois. Le salaire médian à 1500€ par mois et la pension médiane à moins de 900€. Comment fait-on pour vivre avec cela, quand par ailleurs le prix de l’immobilier a explosé ? s'interrogeait récemment une personnalité dans le quotidien "La Croix"
 
Le capitalisme est en train de produire ses propres fossoyeurs potentiels qui ne sont pas forcément des gens politisés, beaucoup d'ailleurs ont voté Sarkozy mais ils sont désormais profondément meurtris, en colère et peuvent se constituer une conscience de classe à condition que les militants se prononçant pour un marxisme non dogmatique s'engagent à leur côté dans le mouvement et diffusent leurs idées non pas par des discours, mais par le dialogue dans l'action et la généralisation des pratiques démocratiques de décisions comme les assemblées générales d'entreprises et interprofessionnelles, et à condition de respecter les formes d'action décidées démocratiquement par les gens, et surtout en combattant  toute récupération par des organisations politiques. La lutte conduit inéluctablement au débat, à la recherche de solutions et dans certains cas à la réflexion théorique, indispensable à l'action.
 
Beaucoup de ces citoyens qui sont en lutte ou qui soutiennent le mouvement populaire  n'attendent pas grand chose des partis de gauche mais voient dans le mouvement social un mouvement proche de leurs préoccupations, des actions de contestation qui leur semblent justes. Ils acceptent la radicalité du mouvement d'autant plus facilement que jusqu'ici toutes les formes politiques appartenant "au jeu démocratique", c'est à dire au jeu politicen de compromis avec le capitalisme dont le PS est une l'une des principales illustrations mais pas l'unique,  ont conduit à renforcer leurs difficultés.
 
Nous avons donc à faire à un mouvement profondément populaire animé par les couches de travailleurs les plus exploitées rejoints pas des couches de salariés qui vivent un peu moins mal mais qui ont vu ces dernières années la dégradation de leurs conditions de vie.
 
Ce mouvement est certainement l'un des premiers dont la nature et la dimension sont  en opposition de plus en plus consciente aux choix capitalistes, il peut par l'originalité de sa forme de rassemblement ouvrir des brèches dans le système notamment en remettant en cause les institutions actuelles et le pouvoir des capitalistes. Pour cela, il y a besoin de constituer un mouvement   national dont le but déclaré soit effectivement d'organiser le  peuple  de France  dans sa diversité pour l'appeler à la transformation nécessaire afin qu'il   chasse la classe capitaliste du pouvoir, des grandes entreprises  et des banques,  et devienne totalement souverain quant aux décisions économiques à prendre pour   le pays en favorisant dans le même mouvement la coopération internationale avec les autres peuples en lutte. L'alimentation  du mouvement par une réflexion politique critique du système et sur des orientations démocratiques et de classe est d'autant plus indispensable que toute déception, échec ou recul risquerait de favoriser l'extrême-droite qui est à l'affut.,
 
Ce mouvement est donc probablement le début d'une contestation plus globale de l'ensemble du système qui va poser la question de la société qu'il est urgent de  construire afin d'en finir avec la destruction capitaliste et l'exploitation des travailleurs pour inventer un nouveau mode de développement qui soit profondément démocratique et  humain.
 
 
Jean-Paul Legrand
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog