Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Politique, culture, éducation, formation pour la vie démocratique - blog créé le 10 mai 2006

La disparition de Jean Ferrat

Tu resteras dans notre coeur, camarade Jean Ferrat !

 

J'ai été très triste d'apprendre voici quinze jours la mort de Jean Ferrat. Sa disparition touche des millions de gens car Jean Ferrat a traduit dans ses chansons ce que notre peuple a pu ressentir dans des moments difficiles de notre histoire ou dans des moments plus gais ou joyeux de la vie. Oui j'ai été très triste. Le jour où j'ai appris cette nouvelle, j'ai écrit le texte suivant que j'ai envoyé à quelques amis et que je publie maintenant ici.

 

Jean Ferrat est mort.
 
Je suis triste... Jean Ferrat m'a apporté tellement de bonheur. Je pense qu'il en a donné à beaucoup de gens et que ses chansons seront chantées encore par nos enfants et nos petits-enfants. Martina, ma fille de dix ans adore écouter et chanter  "Aimer à perdre la raison". Grâce à Jean Ferrat des générations entières ont pu connaître et connaîtront aussi Louis Aragon. Ferrat était un artiste populaire, un homme de conviction. Pour moi, Jean Ferrat est indissociable des grands moments politiques de ma vie, les meetings, les débats, les manifs, partout Ferrat était présent avec "Potemkine", "Ma France", ou encore "Nuit et brouillard". Il n'était pas un béni oui-oui du PCF, il avait dénoncé les staliniens du PCUS avec "Camarades" , il était communiste à sa façon, comme chaque communiste en fait devrait l'être, en toute liberté en se contre-fichant pas mal de ce que disent ou pensent les apparatchiks de la Place du Colonel Fabien. Le communisme de Ferrat, il est dans le coeur de notre peuple, dans ses chansons partagées dans les luttes et les manifestations ou tout simplement lors de ces soirées fraternelles autour d'un feu de bois dans la "Montagne". Au delà des opinions des uns et des autres, tes chansons continueront à nous inspirer la liberté, l'égalité et la fraternité. Merci Jean !
 
Jean-Paul Legrand

 

Dans la chanson suivante, "camarades", Jean Ferrat condamne l'intervention militaire des dirigeants soviétiques en 1968 contre la révolution   qu'avaient entreprise  les communistes du Parti communiste de Tchécoslovaquie pour que le socialisme redevienne l'oeuvre du peuple et de la classe ouvrière, qu'il ne soit pas confisqué et dénaturé par la bureaucratie stalinienne.

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog