Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Politique, culture, éducation, formation pour la vie démocratique - blog créé le 10 mai 2006

Ceux qui parlent d'incertitudes

Nos certitudes

 

Je l'ai dit aux élus de la  communauté de l'Agglomération Creilloise vendredi soir, si les responsables de la communauté  nous parlent d'incertitudes quant à  la situation, pour notre part, élus Colère et Espoir de Creil, nous avons des certitudes : le monde est en train de se transformer à grande vitesse, les révolutions, les insurrections s'engagent, les peuples se font entendre et se battent parfois au péril de la vie pour porter très haut l'exigence de la liberté et de la démocratie.

 

Pour notre part cela fait des années que nous expliquions   que ce moment qui commence allait advenir. Ce qui est affligeant c'est que lorsqu'on parle de révolution, certains de nos interlocuteurs, la majorité issus des partis politiques de gauche en particulier, soit écoutent poliment mais sont absloment convaincus que nous sommes des extra-terrestres de la pensée, soit ricanent et passent à un autre sujet de conversation.

 

On a beau exposer des arguments rationnels, on a la sempiternelle réponse :  "Mais non les révolutions, vous y croyez encore vous ?" ou bien "Admettons qu'il y ait des révolutions dans les pays du tiers monde parce qu'il y a trop de misère mais en France cela n'arrivera plus, les gens ne sont pas prêts du tout, ils sont tenus par le système, ils ont tous un crédit et puis  ils ne sont pas fous, ils ne prendront jamais le risque  de perdre le peu qu'ils ont". Cela est dit comme une évidence...et alors le débat est clos. Ceux qui ont cette certitude sont les mêmes qui ont des incertitudes sur ce que le capitalisme leur réserve et pourtant on peut leur dire que ce n'est pas la lutte pour la révolution qui va leur faire perdre le peu qu'ils ont, mais tout simplement le capitalisme comme cela est arrivé pour des millions de gens dans notre pays, en Europe, voire aux Etats-Unis.

 

Nous sommes en effet des millions à vivre dans notre quotidien depuis plusieurs années des reculs sociaux, des licenciements, des humiliations, une insécurité de plus en plus forte, des comportements violents, des institutions de plus en plus autoritaires, des systèmes de contrôle insupportables et surtout la pression permanente de l'argent. Nous passons énormément de temps soit à penser à l'argent,   soit à en parler : le riche se demande comment il va pouvoir devenir plus riche et le pauvre comment il va pouvoir ne pas devenir plus pauvre.

 

Les révolutions en cours  montrent que rien ne peut résister à  la force d'un peuple uni et déterminé. Lorsque les rassemblements sont à l'échelle de toute une nation, ni la police, ni l'armée ne peut rien et les tyrans sont renversés. Pourquoi ce qui était vrai dans l'histoire cesserait à notre époque ? Au contraire notre époque accélère l'histoire car les hommes ont une conscience d'eux-mêmes beaucoup plus élevée qu'aupraravant du fait d'une massification gigantesque de l'éducation à l'échelle planétaire et d'un développement du travail salarié que jamais l'humanité n'avait connu.

 

Il faut aussi dire à nos politiciens qu'ils doivent être un peu plus humbles. Car le problème n'est pas qu'ils soient pour ou contre les révolutions, puisque de toute façon elles vont avoir lieu et pour certaines elles sont en cours. Le problème est qu'ils pensent que leurs idées vont empêcher la révolution. Ils sont comme des enfants devant l'orage qui arrive et qui pensent que si ils imaginent le beau temps, la pluie ne tombera pas. Ce sont des gens qui vivant toujours dans la sécurité du système se pensent protégés ad vitam eternam, ils ont accumulé un peu d'argent à la banque, parfois même beaucoup, ils ont quelques biens et cela les rassure, ils se pensent à l'abri de ce qui pourrait  se produire -au cas où, on ne sait jamais-

 

Mais l'argent ne vaut que ce que lui accordent ceux qui en acceptent la médiation. Dès lors que le contrat est rompu, l'argent s'évapore et adieu l'illusion que la vie continue comme avant. C'est justement l'époque que nous vivons il y a une rupture de contrat entre les exploiteurs et les exploités et cela à l'échelle mondiale. Par son  développement  impétueux et ce seulement en quelques décennies la capitalisme a réussi à uniformiser et à unir le monde en un vaste espace d'affrontements entre les possédants et le prolétariat salarié en activité ou pas. Le prodigieux essor du capitalisme a rendu des milliards d'êtres humains  dépendant du salariat et les a notamment concentré dans des métropoles  gigantesques.

 

Par le développement de la productivité, le bond des sciences et des techniques, la création de technologies qui relient les hommes comme jamais dans l'histoire de l'humanité,  des masses immenses d'êtres humains aspirent désormais à maîtriser leur vie, ils deviennent acteurs de leur destin et s'éduquent à l'aune de la socialisation des rapports de production, d'éducation, d'échanges. Des milliards d'êtres humains  font ou vont faire l'expérience que la propriété privée des moyens de production est l'obstacle majeur à leur émancipation. Nous sommes  à cette croisée des chemins   entre humanisme planétaire ou techno-barbarie. Nous avons vécu la phase ascendante du capitalisme, tout reste possible...


 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog