Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Politique, culture, éducation, formation pour la vie démocratique - blog créé le 10 mai 2006

Sarkozy au Sénégal : un discours méprisant pour les africains

Sarkozy au Sénégal : le flop !


Des pisse-copies pris en charge par les services de l'Elysée

L'arrivée même de Nicolas Sarkozy à Dakar a soulevé des critiques. L’As, quotidien sénégalais, est perplexe: le vol spécial affrété pour les journalistes français serait-il destiné à assurer au Président français "une couverture médiatique qui restera gravée pour longtemps dans sa mémoire": "Nos confrères, qui foulent le tarmac de l’aéroport Léopold Sédar Senghor aujourd’hui vers midi, seront logés à l’hôtel Méridien. Chose bizarre, c’est la France qui prend en charge tous les frais liés au déplacement des dizaines de journalistes devant accompagner le chef de l’Etat français. Tout comme c’est l’Elysée qui assure les frais d’hôtel et de restauration des pisse-copies devant couvrir la visite du successeur de Jacques Chirac." Puis le quotidien se fait moralisateur: "En tout cas, l’acceptation par la presse française de se faire prendre en charge par son Président n’aurait pas enchanté la presse sénégalaise. Car, lors de la dernière présidentielle, une manne financière que le candidat de la coalition "Sopi 2007" avait voulu offrir aux pisse-copies qui l’accompagnaient avait suscité de vives condamnations."

Le discours "civilisateur" du Président français

Très sarcastique, Sud Quotidien analyse la méthode Sarkozy toute en "politique-spectacle" et ne digère pas le discours "civilisateur" du Président français: "Quand je l’ai entendu parler aux étudiants, dans un amphithéâtre plein à craquer, j’ai pensé à ces missionnaires venus en Afrique 'civiliser' nos arrière-grands-parents. Il parle du paysan africain qui 'vit avec les saisons', dont l’idéal de vie est d’être en harmonie avec la nature, ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles." Et d’ajouter, parlant toujours du paysan africain: "Jamais il ne s’élance vers l’avenir. Jamais il ne lui vient à l’idée de sortir de la répétition pour s’inventer. Des clichés, encore des clichés, toujours des clichés. Quelle injure! Le paysan africain serait-il dépourvu de raison au point de s’enfermer dans un mimétisme 'bestial'?"

Le président de la République française ne connaît pas l’Afrique

Walf a titré sur le même thème "Sarkozy fait la leçon aux Africains", et rappelle que son discours prononcé devant les étudiants de l'université Cheikh Anta Diop II n’a pas convaincu: "Pour une leçon inaugurale, Nicolas Sarkozy n’a pas eu droit hier, à l’Ucad II, à des ovations à la fin de son discours. Parce qu’une grande partie de son auditoire n’a pas du tout apprécié de le voir ainsi s’ériger en donneur de leçons. [...] C’est à peine si des étudiants, exacerbés, n’ont pas été tentés de le huer. La mine peu réjouie de nombre de personnes au sortir de la salle de l’Ucad II en dit, aussi, long sur la réception mitigée que le discours a eu auprès de l’assistance." La raison de ce flop? "Le théoricien de 'l’émigration choisie' a donné raison à ceux qui doutaient qu’il venait chez nous, non pas pour échanger et voir ensemble comment rendre plus fécondes, et dans un respect mutuel, les relations séculaires entre la France et l’Afrique, mais pour tenter de nous humilier. […] Comment dans ce prestigieux temple du savoir où d’éminents intellectuels français ont contribué à former d’illustres fils du continent et qui font aujourd’hui la fierté de l’Afrique entière, Sarkozy a-t-il osé soutenir que nous portons en nous les germes de l’anti-développement, se sont demandés bien des membres de son auditoire. En fait, ainsi que l’ont souligné des universitaires présents dans l’amphithéâtre, le président de la République française ne connaît pas l’Afrique. Sinon, croient-ils savoir, il n’aurait pas considéré que, dans notre 'univers où la nature commande tout', nous restons, nous autres Africains, 'immobiles au milieu d’un ordre immuable où tout est écrit d’avance'."

suite sur Rue89

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog