Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Politique, culture, éducation, formation pour la vie démocratique - blog créé le 10 mai 2006

Du côté des libertés

Je n'avais pas encore quinze ans. J'avais rejoint le Parti communiste, moi le jeune chrétien horrifié par la guerre du Viet-Nâm, et par l'attitude des  évêques de l'église  nord-américaine qui bénissaient les bombardiers US qui allaient jeter leurs  tonnes de bombes quotidiennes sur ce peuple frère. Je savais que les communistes luttaient pour l'indépendance du Viet-Nâm, qu'en France ils organisaient des campagnes de solidarité. Je m'engageais avec résolution pour la Paix au Viet-Nâm ! Je venais de rejoindre le Parti communiste dans la cellule du quartier du domaine des haies à Creil sur le plateau Rouher. L'une de mes premières actions militantes fut cette solidarité internationale en collectant de l'argent avec un copain à la sortie du Prisunic le lendemain du coup d'Etat au Chili. Ce fut une école formidable pour découvrir le monde, pour comprendre le capitalisme et son évolution en impérialisme, une école de la lutte contre l'injustice qui me permit d'aller à Cuba soutenir la révolution en 1978. L'événement qui bouleversa mon adolescence fut ce coup d'Etat au Chili en septembre 1973.  Indigné, révolté par la sauvagerie des militaires fascistes de Pinochet, l'assassinat du Président légal Salvador Allende et du chanteur Victor Jara, par l'enfermement et la torture des démocrates dans le stade de Santiago, j'écrivis un texte intitulé "J'accuse" que j'affichai sur les murs de mon lycée. J'organisai une collecte de solidarité de plusieurs centaines de francs pour la gauche chilienne. Je décidai d'apprendre l'espagnol pour parler la langue de Pablo Néruda. Je dévorai les classiques du marxisme et j'y découvrai un éclairage extrêmement passionnant sur la marche du monde. C'est ainsi qu'a commencé ma vie de militant communiste. Je publie ci-dessus l'une des superbes affiches que nous collions sur les murs de l'époque. Oui, je suis fier d'être communiste, d'avoir participé à de tels combats pour la démocratie ici et dans le monde. A tous ceux qui ont le communisme au coeur ou qui rêvent d'un monde meilleur, même si la période est dure, que l'impérialisme affiche son arrogance et sa puissance, je dirais que rien ne pourra aller contre la volonté des peuples d'être libres, d'être égaux et fraternels. Les capitalistes présentent le monde à leur façon : leur système serait indépassable, mais la réalité c'est que jamais le prolétariat n'a été aussi nombreux et que plus le capitalisme se développe et plus l'exploitation et la pauvreté touchent d'immenses masses d'hommes, de femmes et d'enfants alors que les richesses accumulées pourraient permettre un développement extraordinaire de l'humanité. La toute puissance du capitalisme n'est rien face à la toute puissance et à l'union de millions de prolétaires qui confrontés à d'immenses difficultés tentent toutefois de s'organiser et d'intervenir dans les choix politiques, pour remettre en cause les dominations. Dans ce mouvement, le communisme a pour but de développer la démocratie à tous les niveaux, préparant ainsi les conditions de transformations révolutionnaires dans chaque pays et d'une  révolution mondiale qui sera la seule réponse possible à l'urgence de sauver la planète de la destruction humaine et naturelle en cours,  qui se traduit dans les guerres, la famine, les épidémies, la misère, la violence, la pauvreté, ou encore la déforestation, la pénurie d'eau, le gaspillage énergétique, le contrôle cybernétique des individus, la militarisation des sociétés, la marchandisation de la culture, la standardisation des modes de vie et de pensée, etc...Autant de fléaux que non seulement le capitalisme ne peut juguler mais qui sont dans la nature même de ce système fondé sur l'exploitation de l'homme par l'homme.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog