Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Pour la démocratie et la République sociale, blog du Manifeste "Citoyens en mouvement" blog créé le 10 mai 2006

Sur le marché de Creil entre les deux tours

C e samedi matin je suis allé distribuer le tract du PCF appelant à battre Sarkozy. Christiane Carlin, conseillère municipale communiste de Nogent sur Oise m'a rejoint ainsi que deux camarades africains du foyer Sonacotra de Nogent. Les étrangers comme les français d'origine étrangère sont extrêmement préoccupés par la menace que représente Sarkozy. Beaucoup nous ont confirmé qu'ils voteraient contre Sarkozy dimanche 6 mai. Beaucoup savent qu'avec le concept d'immigration choisie, c'est en fait la politique de division et de surexploitation des patrons et de la droite que veut accélérer le candidat de l'UMP. C'est aussi toute une politique de ségrégation et d'exclusion aggravée indigne de la République qui voue les hommes et les peuples à la seule rentabilité que le capital peut tirer de leur travail, avec le terrible poison qu'est le racisme et toutes les idées néo-coloniales. 

Deux militants de Lutte ouvrière sont également venus pour vendre leur journal appelant également à voter Royal au deuxième tour, sans illusion sur la politique du PS ajoutera un des militants. Il est vrai qu'on ne peut que s'inquiéter des tractations entre le PS et l'UDF qui, rappelons le, est un parti de droite. Mais l'heure est à la mobilisation pour combattre le pire : quand il y a le feu dans une maison il faut y sauver d'abord les vies humaines et ensuite on s'occupe du reste. Etre communiste implique de  ne jamais se couper des gens et  de choisir les priorités qui permettent au peuple de s'unir pour sauver l'essentiel dans les situations périlleuses pour la démocratie.

 Les militants socialistes quant à eux sont arrivés pour distribuer un tract en faveur de Ségolène Royal. Le député et le maire de Creil, tous deux socialistes,  sont venus  saluer les militants du PCF. Vers onze heures nous sommes restés les seuls, à diffuser jusqu'à midi et demi environ un bon millier de tracts. J'ai vu également M. Zaidi, figure connue de notre ville, membre actif de la communauté musulmane qui m' a fait savoir qu'un tract mensonger circulait lui attribuant l'intention d'appeler à voter pour Sarko, ce qu'il dément formellement. Il envisage d'ailleurs de lancer un démenti public. J'ai dialogué avec une dizaine de personnes, toutes préoccupées par la menace qui plane sur la République et surtout sur les plus humbles, les plus pauvres, les citoyens des quartiers, les ouvriers, les travailleurs, les chômeurs. Pour  beaucoup de personnes Sarko est bien identifié comme le candidat du grand patronat et de la réaction la plus rétrograde, la plus dure. Celui du libéralisme le plus féroce, qui n' a pas hésité à raccoler les voix du Front National à partir de thèmes ultra populistes voire racistes notamment en utilisant les pires éléments de théories anti-scientifiques sur la génétique. La classe capitaliste prend souvent ses propres idées pour la vérité, sa position dominante dans la société lui fait croire que ce qu'elle pense correspond à la réalité, comme les idées totalement fausses de la transmission des inégalités sociales par la génétique humaine : cette théorie n' a qu'un but : développer l'idéologie du fatalisme social, l'idée que l'ordre capitaliste est le seul possible.

L'histoire prouve le contraire d'une telle pseudo-théorie. En vérité l'histoire est celle de la lutte des classes : il n' y aucun fatalisme à la reproduction d'un ordre social, il y a des conditions historiques, dans lesquelles les hommes peuvent selon leur action, leur engagement, modifier l'ordre social existant. L'intervention  des gens de différentes classes en convergence et en opposition peut se transformer en une force matérielle telle que de l'ancienne organisation de la société peut en naître une nouvelle, radicalement différente, comme cela s'est vu par exemple avec la révolution française. Pour cela les classes doivent passer de leur seule existence économique à leur propre conscience politique, autrement dit à notre époque tous ceux qui sont exploités plus ou moins par le capitalisme, pour se libérer de cette exploitation, doivent travailler en convergence pour se constituer en tant que classe anti-capitaliste. Cette classe anti-capitaliste qui comprend une grande diversité sociale et politique, qui est confrontée en son sein à des contradictions, a besoin de trouver une organisation  qui va lui permettre de se constituer en classe révolutionnaire : cette organisation est la lutte pour la démocratie permanente à tous les niveaux de la société et à l'échelle planétaire. Nous vivons depuis plusieurs décennies cette phase du capitalisme où s'élargissent  les conditions de la création de cette classe anti-capitaliste, qui recherche par de multiples expériences sociales une expression et une perspective politique dans des soubressauts, des avancées et des reculs que manifeste la crise politique profonde que nous connaissons.  La lutte pour la démocratie permanente à tous les niveaux est le but et le moyen le plus efficace pour parvenir à la résolution de cette crise. Cette lutte, ce mouvement parsemé de contradictions, cette recherche multiforme par des millions d'hommes sur la planète d'une civilisation portant l'être humain  au centre de son développement est ce qu'on peut appeler le communisme. Pour cette lutte, le peuple a besoin d'un parti révolutionnaire : c'est l'enjeu de l'existence d'un parti communiste.

L'existence d'un parti communiste n'a donc rien d'un absolu, elle est simplement liée à la nécessité historique d'une transition du capitalisme vers une société nouvelle dont le développement ne sera plus fondé sur l'accumulation capitaliste et pour laquelle des millions d'hommes s'engagent plus ou moins à des degrés divers.  

 Pour l'heure, ce sont des dizaines de personnes qui nous ont manifesté des signes de complicité en nous disant qu'ils allaient voter contre Sarkozy, dont de très nombreux jeunes du plateau de Creil. Une femme qui travaille dans la santé, m'a dit son inquiétude de voir la France se déchirer alors qu'il faut que nous vivions tous ensemble et me donne l'exemple du marché de Creil qui est aux couleurs de notre diversité. Quand je lui demande ce qu'elle pense du PCF, elle me fait savoir que pour elle il a représenté pendant  tout un temps le progrès social mais qu'aujourd'hui on ne le sent pas aussi proche des gens qu'il l'était auparavant et qu'il n'est plus une grande force qui puisse modifier les choses. D'autres personnes me diront qu'elles n'ont  pas suivi ce qu'a dit Marie-George Buffet ni les petits candidats, car pour elles l'élection se jouait entre Ségolène et Sarkozy et qu'il faut absolument contrer Sarko.

La volonté de battre Sarkozy est tellement forte que des gens nous ont demandé des tracts pour les distribuer, comme cette femme du peuple et sa nièce qui vendent du muguet pour gagner un peu d'argent pour leur famille. Comme cette jeune femme hier soir au meeting socialiste qui m' a demandé des appels de Marie-George Buffet pour les diffuser dns son entourage. Comme encore cette jeune fille qui a photocopié notre tract pour le diffuser sur le marché. Toute cette mobilisation a du sens : celui d'un peuple qui refuse le pire. Il reste encore quelques jours pour mobiliser. les communistes doivent être les meilleurs artisans de la mobilisation contre la droite et l'extrême-droite. Ce que nous entreprenons maintenant comptera dans les futures batailles pour les prochaines élections législatives notamment, afin que la gauche retrouve plus de force avec un PCF portant les aspirations populaires  en étant encore plus proche du peuple et plus révolutionnaire que jamais !

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog