Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Pour la démocratie et la République sociale, blog du Manifeste "Citoyens en mouvement" blog créé le 10 mai 2006

L'internationale

J'ai le plaisir de publier le chant des révolutionnaires du monde entier, notre belle "Internationale". Face à la mondialisation du capital financier, l'union des peuples et des travailleurs du monde est indispensable pour construire une alternative démocratique au capitalisme. Vous trouverez en bas de l'article les enregistrements de l'Internationale en plusieurs langues. A travers ce chant tous les prolétaires du monde parlent le même langage : celui de la lutte pour l'émancipation humaine !

Ce chant est traduit dans toutes les langues d’Europe, et pas seulement d’Europe. Quel que soit le pays où vienne à échouer un ouvrier conscient, quel que soit l’endroit où le pousse le destin, quel que soit son sentiment d’être un étranger, privé de langue et d’amis, loin de sa patrie, – il peut trouver des camarades et des amis par le chant familier de l’Internationale.”

Lénine, Eugène Pottier (1913)

 

L’Internationale

Debout ! les damnés de la terre
Debout ! les forçats de la faim
La raison tonne en son cratère :
C’est l’éruption de la fin
Du passé faisons table rase
Foule esclave, debout ! debout !
Le monde va changer de base :
Nous ne sommes rien, soyons tout !

Refrain
C’est la lutte finale
Groupons nous et demain
L’Internationale
Sera le genre humain.

Il n’est pas de sauveurs suprêmes :
Ni dieu, ni césar, ni tribun,
Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes !
Décrétons le salut commun !
Pour que le voleur rende gorge,
Pour tirer l’esprit du cachot
Soufflons nous-mêmes notre forge,
Battons le fer quand il est chaud !

L’Etat opprime et la loi triche ;
L’Impôt saigne le malheureux ;
Nul devoir ne s’impose au riche ;
Le droit du pauvre est un mot creux.
C’est assez languir en tutelle,
L’égalité veut d’autres lois ;
« Pas de droits sans devoirs, dit-elle,
« Egaux, pas de devoirs sans droits ! »

Hideux dans leur apothéose,
Les rois de la mine et du rail
Ont-ils jamais fait autre chose
Que dévaliser le travail ?
Dans les coffres-forts de la bande
Ce qu’il a créé s’est fondu.
En décrétant qu’on le lui rende
Le peuple ne veut que son dû.

Les Rois nous saoulaient de fumées.
Paix entre nous, guerre aux tyrans !
Appliquons la grève aux armées,
Crosse en l’air et rompons les rangs !
S’ils s’obstinent, ces cannibales,
A faire de nous des héros,
Ils sauront bientôt que nos balles
Sont pour nos propres généraux.

Ouvriers, Paysans, nous sommes
Le grand parti des travailleurs ;
La terre n’appartient qu’aux hommes,
Le riche ira loger ailleurs.
Combien de nos chairs se repaissent !
Mais si les corbeaux, les vautours,
Un de ces matins disparaissent,
Le soleil brillera toujours !

Ecouter l’Internationale : Français Afghan Albanais Allemand Anglais Arabe Catalan Chinois Coréen Danois Espagnol Espéranto Estonien Farsi Finnois Grec Hébreux Hongrois Italien Irlandais Japonais Kurde Néerlandais Norvégien Polonais Portugais Roumain Russe Serbo-croate Suédois Tagalog Thaï Tchèque Turc Touvain Vietnamien Yiddish Zoulou

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog