Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Politique, culture, éducation, formation pour la vie démocratique - blog créé le 10 mai 2006

L'emploi ou les profits : Arcelor-Mittal a choisi !

La direction d'Arcelor Mittal a invité, lundi dernier, les élus à se rendre compte sur place, dans son usine de Montataire de l'avancée de son plan social. Pardon social ? vous avez dit social ? Les patrons ont la très grande élégance de ne pas employer les mots qui fâchent. Fins philologues, ils ont décidé de transformer la langue française et à ce titre on devrait leur réserver un siège spécial Medef chez les Immortels. Car chez ces gens là on dit "un plan social", Monsieur, on ne dit surtout pas un plan de licenciements, ce serait vraiment inconvenant, Monsieur, pire cela serait fort grossier, n'est-ce pas ? Le pire c'est que la presse, les médias, voire même certains élus emploient également le terme de plan social lorsqu'une usine qui comptait 1278 salariés en licencie plus de 400 avec la fermeture d'unités de production. Certes les capitalistes concèdent de l'argent comme la loi les y oblige pour trouver des solutions à des reclassements, à des créations d'emploi. Mais le mal est fait, des hommes dont le savoir faire dur comme fer était l'acier de grande qualité,  se retrouvent contraints à des emplois qui n'ont plus rien d'industriels ou qui ne correspondent en rien à leur savoir et savoir-faire, ni même à leur propre histoire. D'autres, une douzaine à l'usine de Montataire n'ont toujours pas eu de solutions de reclassement. Car les hommes ne sont pas des machines, ils ont un coeur, ils ont une âme tissée par  les relations du travail, par leurs compétences, par leur expérience associative, syndicale, politique, citoyenne. Pour les bien-pensants de ce système, les hommes n'existent qu'à travers leur capacité à rapporter de l'argent et le reste n'est que littérature.Quel gâchis ! Quel mépris pour la classe ouvrière !  A tel point qu'une Directrice des ressources humaines, férue de culture d'entreprise en vient à expliquer avec des arguments pseudo-scientifiques que les hommes concernés par "un plan social" vivraient plusieurs étapes : le déni, la colère, la résistance avant de rentrer dans le rang et d'accepter leur situation". Ce qui en terme de technocrate avisé se nomme la "courbe de deuil". Cette démonstration kafkaïenne, voire ubuesque, en tout cas déplacée, a eu le don de mettre en colère nos élus et il y a de quoi. Au  point que mon ami Alain Blanchard, vice-président du Conseil Général a quitté les lieux et que le Maire de Montataire,  comme le Président de Région ont vivement protesté contre cette présentation froide et caricaturale d'une réalité humaine : celle d'hommes et de femmes devant se plier aux décisions capitalistes et à qui l'on n'a pas demandé ce qu'ils en pensaient ni ce qu'ils proposaient pour faire autrement. Que les bien-pensants du patronat prennent bien garde avec leurs théories fumeuses et leurs décisions qui saignent notre industrie, nos coeurs et nos âmes. Il y a près de 160 ans un philosophe et économiste allemand avait annoncé que le capitalisme par son développement préparait ses propres fossoyeurs... Nous ne sommes qu'au commencement de cette lutte mondialisée de l'intelligence pacifique du travail contre la tyrannie mortifère  du capital !

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog