Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Politique, culture, éducation, formation pour la vie démocratique - blog créé le 10 mai 2006

La municipalité de Creil poursuit son combat pour les sans-papiers

Lundi soir, le conseil municipal de Creil  a adopté une motion  demandant la régularisation des sans-papiers, votée par les socialistes, les communistes et les verts. Ce texte a mis en cause l'action du Préfet de l'Oise qui se montre particulièrement zélé dans l'application de la politique du gouvernement et de son Ministre de l'Intérieur.  L'opposition de droite a réagi avec des propos indignes  faisant des amalgames entre la situation des étrangers et les difficultés sociales. Doit-on rappeler à M. Ricalens que  face à la crise du logement son ami Sarkozy en refusant de construire des logements sociaux ne respecte pas la loi dans sa propre ville de Neuilly. Les riches n'aiment pas se mélanger aux pauvres et aux plus modestes, la mixité sociale ce n'est pas leur truc ! Doit-on également lui rappeler que ce n'est pas le maire de Creil qui est responsable de la situation sociale du pays mais le gouvernement de droite.  Gallia Basmaison, maire adjointe du groupe communiste a déclaré : "La directive de Nicolas Sarkozy n'est pas appliquée partout de la même façon. Il vaut mieux être dans un département plutôt qu'un autre." On doit reconnaître que la municipalité de Creil a une position courageuse sur ce dossier. Creil est une ville monde, une ville solidaire. Ses élus ont raison de ne pas céder à la démagogie qui tente de désigner les étrangers comme les responsables des problèmes du pays. La politique du bouc-émissaire avec des relents de racisme et de xénophobie a toujours conduit au pire. Cependant il reste que le pays ne peut faire l'économie d'un grand débat sur la mondialisation et les migrations qu'elle génère. Présentées comme un phénomène négatif par les mileux réactionnaires pour des raisons purement populistes, ces migrations sont pourtant des réservoirs de main d'oeuvre et de matière grise bien utiles pour le grand patronat, d'où l'idée de mieux les organiser avec l'idée "d'immigration  choisie" de M. Sarkozy qui trie les immigrés selon leur valeur marchande. Le libéralisme traite les hommes et leur travail comme des marchandises. D'un autre point de vue, ces migrations pourraient être considérées comme une chance pour l'avenir dans le cadre d'un monde solidaire et coopératif. Faut pas rêver me dira-t-on, c'est utopique ! Au point où nous en sommes le seul réalisme qui me paraisse efficace c'est l'humanisme, la primauté de l'homme sur la marchandise, sur l'argent; la primauté du travail sur le capital. C'est le choix qui est au coeur des luttes de notre siècle. C'est ce pour quoi militent des millions de gens ici et ailleurs dans le monde. L'anti-libéralisme est l'humanisme de notre temps. (Photo : photothèque du mouvement social : des élus communistes manifestent pour la régularisation des sans-papiers)


Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog