Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Pour la démocratie et la République sociale, blog du Manifeste "Citoyens en mouvement" blog créé le 10 mai 2006

Dernières infos du sud de l'Oise : Les travailleurs d'ESSEF poursuivent la lutte, l'hôpital de Creil souffre, les retraités sont en colère, Fabius est venu à Creil, Canter a été désigné par l'UMP

 

Les anciens salariés d'Essef de Balagny-sur-Thérain étaient une cinquantaine,au tribunal de grande instance de Senlis, pour assister au référé et tenter d'obtenir un sursis dans la vente des machines de l'entreprise. le tribunal a accordé une petite semaine.
Dès ce mardi 31 octobre, ils se retrouveront à nouveau au tribunal pour tenter d'empêcher cette fois le transfert à l'étranger du matériel d'impression de l'entreprise de papier peint.
La vente des machines aux enchères aidée par une intervention musclée de la gendarmerie contre les travailleurs qui s'y opposaient, le 12 octobre, était la suite  qu'ont voulu donner les patrons et la Préfecture à  la fermeture de la société et du licenciement de ses 134 salariés.
Mais les ex-Essef ne baissent pas les bras et poursuivent leur lutte pour éviter la disparition pure et simple de leur entreprise en présentant un projet de reprise via une Scop, une société coopérative ouvrière de production. (Image du site de l'entreprise ESSEF produits des revêtements muraux et papiers peints de grande qualité)

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Profonde inquiétude chez les hospitaliers de Creil :
le personnel de l'hôpital de Creil est extrêmement préoccupé par la politique en cours . Leurs représentants dénoncent  une marchandisation de la santé. De plus en plus l'hôpital est géré comme une entreprise sous le vocable de "nouvelle gouvernance 2007".
Les critères de gestion de l'établissement public sont alignés sur ceux d'une entreprise privée. En fait avec cette politique on vise non plus à répondre aux besoins de santé, ni même à rationnaliser les dépenses mais à imposer aux personnels et aux patients des conditions intolérables par une gestion de la pénurie. Ainsi aujourd'hui le travail de nuit est imposé  aux hospitaliers, puisqu'aucune création de postes n'est envisagée et la direction déclare que le personnel serait en surreffectif ! Confrontée à un déficit de l'ordre de 15 millions d'euro, la direction de l'hôpital n'a envisagé à aucun moment d'agir avec les salariés et les élus pour interpeller le gouvernement sur les ressources à obtenir notamment par une mise à contribution du capital pour le financement de la sécurité sociale. Elle préfère faire pression sur le personnel. A ce prix comme le dit un syndicaliste, l'hôpital de Creil risque la ghettoïsation. En plein quartier populaire, et recevant une population de plus en plus en souffrance pathologique et sociale, il y a urgence à donner les moyens aux hospitaliers de faire leur travail, d'accompplir une vraie mission de service public, d'assistance et de solidarité pour la santé de tous.



Actifs retraités : Alors que dans de très nombreuses villes les retraités se sont rencontrés autour d'activités dans le cadre de la semaine bleue, ils ont aussi manifesté leur mécontentement face à la misère de leurs pensions. Un rassemblement  a eu lieu lundi 23 ocotobre à la Préfecture de l'Oise pour y déposer une pétition de plus de 1300 signatures.  Christian Morette, secrétaire général l'Union syndicale des retraités CGT de l'Oise dénonce un pouvoir d'achat pour cette catégorie qui ne cesse de baisser. Pour beaucoup de retraités c'est la dépendance économique vis à vis de leur famille ne permettant pas une réelle autonomie quand ce n'est pas carrément la misère puisque les organisations syndicales prévoient que cette année encore il ya aura encore plus de retraités fréquentant les restos du coeur.

 

 Laurent Fabius à Creil : le 20 octobre les militants socialistes ont accueilli  l'un de leurs dirigeants, candidat à la candidature de la Présidentielle . Ensemble ils ont inauguré la nouvelle fédération du PS qui a été baptisée du nom de Jean Biondi. Ce qui distingue Laurent Fabius de Ségolène Royale ou Dominique Strauss-Kanh c'est sa prise de position en 2005 contre la constitution européenne qui lui confère une image moins social-libérale que les autres leaders socialistes. Pourtant, Fabius qui souhaite se présenter comme la gauche du Parti socialiste ne participe pas au travail des collectifs anti-libéraux qui se réunissent dans le pays où l'on retrouve des militants ou proches du PCF, de la LCR, d'ATTAC, de PRS, de la confédération paysanne, du mouvement altermondialiste et de nombreuses organisations de gauche qui ne se retrouvent pas ou plus dans les orientations du PS. Se disant au côté des couches populaires, Laurent Fabius ne propose pas cependant de remise en cause du capitalisme.  Même s'il s'est dit favorable à une politique assurant le droit au logement et l'augmentation des bas salaires, sa proposition du  SMIC à 1500€ n'est pas d'une audace  extraordinaire, ni d'une grande nouveauté car cette augmentation serait étalée sur 5 ans et accompagnée de nouvelles éxonérations pour les patrons. Laurent fabius a toutefois le mérite de parler de sujets qui correspondent à de vraies préoccupations. Il faut ainsi espérer  que les gens de gauche et au delà tous les citoyens, débattront des propositions des uns et des autres sans laisser le débat se faire entre les leaders. Car n'est-ce pas au peuple de décider en connaissance de cause ? 

 

 

Etats généraux des établissements scolaires solidaires des sans-papiers : C'était samedi 21 octobre à Creil à l'initiative de l'association Solidarité migrants, une cinquantaine de personnes se sont rencontrées majoritairement des enseignants. Directement concernés au quotidien les professeurs connaissent dans leurs établissements la terrible situation d'enfants menacés par des expulsions car ils n'ont pas de papier. A l'exemple d'Olia qui risque à tout moment d'être emmenée par la police et reconduite à la frontière. Olia est une très bonne élève du Lycée Malraux de Montataire, appréciée par ses camarades et ses enseignants, totalement intégrée dans l'établissement et dans la société à ceci près qu'elle n'a pas obtenu de papier pour vivre ici et poursuivre ses études. Mais la solidarité s'organise, une pétition a déjà receuilli des centaines de signatures et lycéens comme professeurs se disent prêts à descendre dans la rue voire à occuper l'établissement pour défendre la jeune femme. Ces intentions sont tout à fait crédibles au moment où un sondage dit que "73% des français sont pour une régularisation de tous les sans papiers qui ont un contrat de travail et/ou des enfants scolarisés" (sondage RMC-20minutes-LH2 du 13 octobre dernier). Oui, il faut être très critique à l'égard des idées véhiculées par les milieux de droite et d'extrême droite selon lesquelles les gens seraient en faveur de mesures autoritaires et xénophobes. En tout cas dans le bassin creillois, des résistances progressistes pour les valeurs de solidarité et de fraternité s'organisent, n'en déplaise aux représentants du pouvoir, des notables de la  droite et du FN ! (image : affiche de la Jeune république française affirmant les valeurs pour lesquelles des milliers de nos concitoyens se battent aujourd'hui en défendant nos frères sans-papiers)

Jean-Christophe Canter candidat de l'UMP : Le senlisien sera le représentant de l'UMP dans la 3ème circonsription aujourd'hui tenue par le socialiste Michel Françaix. A gauche si le candidat sortant renouvellera sa candidature on ignore encore qui sera le candidat présenté par le PCF dont l'influence n'est pas négligeable notamment dans le canton de Montataire avec Jean-Pierre Bosino, maire du chef-lieu de canton et Alain Blanchard, maire de Saint Leu d'Esserent et vice président du Conseil général. Un PCF qui ne manquera pas d'orienter sa campagne sur un projet  anti-libéral, en contraste avec la ligne que M. Françaix défend en soutenant  Ségolène Royal. (Image : logo de l'UMP détourné - création J.P. Legrand)

 

 Scandaleux : ils ont envoyé les gendarmes contre les ouvriers ! Fidèle à sa politique anti-ouvrière, le pouvoir a envoyé les gendarmes contre les ouvriers qui protestaient contre la vente aux enchères de leur outil de travail. Cela s'est passé le 12 octobre à Balagny sur Thérain. Soutenu par les élus de gauche, par le conseil général, les travailleurs de l'entreprise Essef dont la gestion patronale a conduit à sa fermeture avaient pourtant élaboré une proposition de reprise coopérative de l'activité. Cette usine qui fabriquait l'un des meilleurs papiers peints de France et qui était doté d'une machine moderne achetée en 2000 a fermé ses portes laissant sur le carreau plus d'une centaine de travailleurs. Que la droite ne nous dise pas qu'elle défend l'emploi, son gouvernement vient de faire la démonstration une fois de plus qu'il préfère la loi du fric et des nantis contre la production industrielle et la classe ouvrière. Honte à ceux qui ont pris cette décision inique. Le dépeçage de notre industrie devrait être qualifié comme un délit. Il y a urgence à mettre en oeuvre une politique anti-libérale radicale dans ce pays !

 

Il faut soutenir l'économie sociale et solidaire : Alors que les gendarmes sont envoyés contre les ouvriers d'Essef de Balagny qui avaient  un projet de coopérative pour sauver leur entreprise, le mouvement des organisations d'économie sociale confirme qu'il est une composante essentielle de notre économie. Coopératives, mutuelles, associations, toutes sont créatrices d'emplois et se donnent des finalités davantage axées sur l'être humain que la réalisation de profits. Dans de nombreux pays l'économie sociale et solidaire est une alternative à la domination du capital sur les activités humaines. En France l’économie sociale et solidaire est un secteur économique très dynamique. Le quotidien "l'Humanité" note qu'en chiffres, ce sont 10 % des emplois en France, 15 % du PIB, 8 millions de personnes assurées par une mutuelle... Une réussite qui a poussé syndicalistes, universitaires et associatifs à rédiger début septembre un « manifeste de l’économie solidaire ». Par neuf axes forts, une vingtaine de personnalités - aussi diverses que le sociologue Michel Wieviorka, le président d’Emmaüs France, Martin Hirsch, la militante Madeleine Hersent ou encore les syndicalistes Anousheh Karvar de la CFDT et Agnès Naton de la CGT - prônent une voie alternative pour le monde du travail parce que « le profit ne peut pas être la finalité unique de l’activité économique et qu’il faut recréer un triangle vertueux pour l’emploi, la cohésion sociale et la démocratie participative ». Un site - sinvestir.org - a été créé pour faire vivre le débat et « élaborer la résistance à l’individualisme marchand ». Un meeting est d’ores et déjà prévu le 7 décembre prochain à la Mutualité, à Paris.

 

 

 

Belle image de la démocratie à Lamorlaye : Des élus de droite se sont invectivés lors du Conseil municipal jusqu'à en venir aux mains. Les deux élus concernés ont même été obligés d'être séparés par leurs collègues. On pourrait suggérer à ces conseillers municipaux de lire un ouvrage fort intéressant "Initiation à la communication non violente" de Marshall Rosenberg. Au moment où la violence progresse dans toutes les sphères de la société, ne serait-ce pas aux "politiques" de montrer l'exemple de la sagesse et du dialogue ? Alors messieurs, commandez vite cet ouvrage aux éditions Jouvence, respirez un bon coup, installez vous confortablement dans un fauteuil et calmez vous. Cultivez l'esprit zen, cela ne vous fera pas de mal ! Après les terrains de foot, va-t-on transformer aussi nos conseils municipaux en lieux de violents règlements de compte jusqu'au pugilat ? En tout cas pour ces deux là on devrait sortir le carton rouge !

 

 

 

 

Sécurisation de la sortie de l'école Berthe Fouchère à Creil : alors que les parents d'élèves s'étaient émus de l'absence d'assistants de circulation à la sortie de l'école maternelle Berthe Fouchère en plein centre ville du côté du centre commercial Match, et que la presse s'en est fait l'écho, la mairie a mis récemment en place l'intervention de deux personnes vacataires pour assurer la traversée de la rue de la République aux heures d'entrée et de sortie des élèves. Le maire de Creil, regrettant la faiblesse des effectifs de la police nationale qui ne peut assurer en l'état cette mission, a expliqué à ses concitoyens qu'il avait du mal à recruter du personnel pour assurer la sécurité aux sorties d'école, étant donné que la mission de courte durée était peu attractive car peu rémunérée. Selon la presse, la directrice de l'école, Mme Bricard, aurait  suggéré à la mairie que cette mission soit confiée à des personnes qui assurent déjà les surveillances de cantine, ce qui leur permettrait d'avoir un complément de revenu.

 

 

 

 

Marie-Georges Buffet dans l'Oise : à l'occasion de sa visite dans l'Oise,  dont une rencontre sympathique sous forme de banquet républicain place de la mairie de Montataire le 13 octobre dernier, la secrétaire nationale du PCF a parlé du monarchisme de la vie politique française où l'on n'offre aux citoyens que le choix entre Nicolas Sarkozy représentant l'ultra libéralisme et Ségolène Royal représentant une gauche peu marquée à gauche. Pour la dirigeante, les citoyens de gauche peuvent bousculer la donne en investissant le débat sur quelle politique anti-libérale mettre en oeuvre et rassembler pourt battre durablement la droite. Les collectifs anti-libéraux créés dans tout le pays sont des bases de rassemblement utiles à cela dans lesquels les communistes font avancer leurs propositions en partage avec d'autres forces anti-libérales. "Nous devons jouer la gagne !" s'est exclamée Marie-George Buffet.

 

 

Un établissement pour personnes âgées dépendantes sera construit à Creil : un EHPAD  devrait voir le jour dans les locaux libérés de la clinique médico-chirurgicale de la rue du Plessis Pommeraye. En effet le regroupement des trois cliniques du grand bassin creillois imposé par lagence de l'hospitalisation,  devrait se traduire par une superclinique à Gouvieux. Ce projet qui en son temps fut contesté par le maire de Creil, en raison notamment de son éloignement et de la difficulté d'accès, va libérer les actuel locaux de la clinique de Creil. Oise -Habitat serait donc l'opérateur pour la création de ce nouvel établissement pour personnes âgées avec notamment des financements importants du Conseil général.

 

 

 

Fiscalité départementale : Yves Rome souhaite maintenir la pression fiscale à son niveau actuel. Autrement dit le Président du Conseil général de l'Oise n'envisage pas de proposer une nouvelle augmentation des impôts à l'assemblée départementale. Il est vrai que les charges départementales se sont accrues du fait d'une décentralisation injuste, où l'Etat s'est déchargé sur les collectivités territoriales sans leur apporter la solidarité nationale pour faire face à des dépenses sociales de plus en plus importantes. Il en est ainsi  par exemple pour le RMI dont le nombre de bénéficiaires ne cesse de croître. Le libéralisme conduit à cela : l'Etat central  réduit ses dépenses, les collectivités doivent les augmenter mais au détriment des contribuables et en particulier des ménages, alors que la contribution des entreprises aux dépenses publiques, elle ne cesse de décroître. En définitive, c'est l'esprit social de notre république qui en prend un sérieux coup et les familles populaires, les salariés qui en souffrent le plus. Le dépeçage de notre industrie, la liquidation du secteur public font partie de cette stratégie de financiarisation de l'argent, d'une course au profit boursier qui dévalorise la création de richesses réelles et donc de possibilités de politiques publiques et sociales.

 

 

 

Depuis début octobre, la maison de la Justice et du droit est ouverte à Creil : la justice se rapproche du citoyen et les habitants du sud de l'Oise disposent désormais d'un service pratique leur permettant de rencontrer des juristes et des associations qui les aideront dans leur démarche. Située au 26, rue Voltaire à Creil cette maison est ouverte le lundi de 14 heures à 17 heures et du mardi au vendredi de 9 à 12h et de 13h30 à 17h15. pour tous renseignements : 03 44 64 46 70

 

 

 

Une soixantaine de personnes débattent du Front populaire : samedi 21 octobre, Michel Roger a présenté son film à la salle du Palace de Montataire. Ce document a la particularité d'avoir donné la parole à des témoins de l'Oise du front populaire. A la suite de cette projection, Bernard Lamirand, président de l'Institut d'histoire sociale de la fédération CGT de la métallurgie a présenté un exposé sur le  front populaire en France. Le  débat a mis en valeur le rôle essentiel de l'intervention des salariés et notamment de la classe ouvrière et la trahison de la grande bourgeoisie qui a choisi Hitler plutôt que le Front populaire. Un échange a eu lieu aussi sur le fait que le Front populaire sous les fortes pressions du grand patronat et des milieux d'affaires ne soit pas intervenu pour soutenir la République espagnole. Une non intervention que certains ont aussi expliqué par le rejet parmi les forces populaires de l'idée de recommencer une guerre, vingt ans après la première. Mais le fascisme n'a pas eu d'état d'âme et après avoir vaincu la république espagnole, avec la complicité passive des dirigeants des gouvernements de la fin des années 30, a mis à feu et à sang l'Europe et le monde.

 

 

 

 

Nordine Nachite : du quartier populaire à l'Elysée. Le patron de NJ forme, bien connu dans le bassin creillois  pour sa réussite dans le domaine du sport et de la remise en forme a été fait chevalier de l'ordre national du mérite par Jacques Chirac pour son action en faveur des jeunes des quartiers et le dynamisme dont il a fait preuve. Nordine Nachite envisage de s'engager davantage en politique et peut être d'être candidat aux législatives. Pas sûr que ses amis de l'UMP le soutiennent dans cette aventure.D'autant que sur la 3ème circonscription, l'UMP a déjà choisi son homme en la personne de M. Canter. Nordine Nachite se présentera-t-il comme candidat indépendant ?

 

 

 

Alerte : le communautarisme, ce n'est pas la République. La politique telle qu'elle se pratique chez certains notables locaux, petits monarques de notre démocratie, est faite de coups bas.  Les  dirigeants de la droite s'y connaissent en manoeuvres, prêts à utiliser tout ce qui pourrait leur donner une image populaire pour brûler ensuite ce qui leur aura servi. La constitution de listes  ou de candidatures communautaristes peuvent par exemple faire partie de cette stratégie.  Aux habitants d'être vigilants sur des manoeuvres qui se présenterait comme le Canada dry : ça ressemble à une politique populaire, ça a une image sympa, mais ça n'a rien à voir avec une politique démocratique et sociale. Hélas on a vu des gens biens qui se sont faits manipuler dans de telles opérations. Parions sur la lucidité des citoyens pour ne pas faire de confusion.

 

 

Michel Serres à l'honneur : Le nouvel amphithéâtre du Lycée Marie-Curie de Nogent sur Oise  a été baptisé du nom du philosophe Michel Serres. Souhaitons que cela inspire les élèves et soit l'occasion de rappeler le rôle fondamental de la philosophie dans la construction de la pensée et son apport  à la démocratie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 





L'hôtel trois étoiles "Le Sarcus" racheté par la municipalité. La municipalité de Nogent-sur-Oise va se porter acquéreur de l'immeuble de l'ancien hôtel "Le Sarcus" pour en faire une résidence pour personnes âgées. Il est vrai que le lieu est agréable non loin du parc municipal et à quelques pas du centre commercial des 3 rois et de la bibliothèque. Le coût de l'acquisition est de 1, 6 Million d'euros.

 

 

 

 

Oise-Habitat s'engage pour la mixité sociale : l'organisme public de logement réalise un programme dans lequel est pris en compte  la mixité sociale. Même si face à la crise du manque criant de logements, les constructions de Oise-Habitat resteront bien insuffisantes par rapport aux besoins, la volonté affichée ne peut être que soutenue. L'idée est de permettre l'acquisition du logement social par les particuliers. La présence d'un taux important de propriétaires dans le parc social semblerait être une garantie de bonne tenue des cités et résidences. Citons les opérations  qui vont voir le jour dans les prochains mois :A Creil, Cité Albert Thomas, Tumerelle-La villageoise dans le quartier de Gournay, 48 logements rue Stephenson, 30 appartements non loin de la Place Carnot, un deuxième lotissement près de l'Hôpital Laënnec, ainsi qu'un Etablissement d'hébergement pour les personnes âgées dépendantes rue du Plessis Pommeraye. A Montataire, une dizaine de logements à la sente des Chères Vignes, une réhabilitation de la cité Bessemer dans le quartier de l'usine Arcelor, la démolitiion et reconstruction totale de la Cité Jules Uhry avec une quarantaine de logements et des espaces urbains entièrement réaménagés. A Villers saint Paul, une trentaine de logements sont prévus à la construction dont 24 logements individuels sur les hauteurs de la ville.

 

Gilles de Robien n'a pas convaincu : le Ministre (UDF) de l'éducation n'a pas répondu aux questions des étudiants lors de sa visite à l'IUT le 25  septembre dernier. Les jeunes n'attendaient pas de l'autosatisfaction mais des réponses concrètes sur le besoin d'aides financières pour poursuivre leurs études et de la création de logements pour étudier sur place à des prix abordables. Certes une résidence universitaire sera livrée rue de Verdun à Creil à la rentrée prochaine offrant 97 logements studio-kitchinette gérés par le CROUS pour un loyer mensuel de 260 euros. Une somme que les familles populaires ne pourront peut-être pas débourser, d'où les interrogations des jeunes qui sont restés sans réponse. On sait Gilles de Robien plus prolixe sur les méthodes de lecture, lui qui dernièrement rabrouait un Inspecteur de l'Education nationale qui doutait de l'efficacité des méthodes syllabiques. M. de Robien oublie de laisser aux professionnels la responsabilité de leur métier et s'impose comme pédagogue, ce qu'il n' a jamais été ! La preuve, la façon dont il a traité les jeunes étudiants de l'IUT relève plutôt d'un comportement politicien que de l'écoute démocratique.

 

 

Notre ami Jacques Alési de retour au conseil municipal de Creil : suite à la démission d'une élue, Jacques Alési, revient au Conseil municipal. Bien connu des creillois et particulièrement des jeunes du Plateau pour son dévouement à la cause des vacances populaires qu'il organise chaque année avec son association "Creil escapade" Jacques Alési est aussi un homme de gauche, membre du groupe des élus communistes et républicains. Homme de conviction, aux côtés des plus humbles, il a toujours milité pour les valeurs progressistes et pacifistes. Un élu sur qui les milieux populaires et tous les Creillois peuvent compter.

Grange à musique de Creil : tous les jeudis  soir la Grange accueille des animations artistiques : plasticiens, musiciens, vidéastes, se donnent rendez vous pour imaginer des collaborations et rencontrer le public. Une initiative que l'on doit à l'association Xanadu

Saint-Leu d'Esserent, enfin la déviation ? : voilà des années que les habitants la réclame. Ce dossier qui avait été méprisé par Jean-François Mancel, l'ancien président  du département pourrait aboutir dans les cinq ans. Le maire de Saint-Leu, Alian Blanchard, qui est aussi vice-président du Conseil général connaît bien le problème, lui qui a toujours soutenu l'action de l'association Amédé dirigée par Christian Parel. Aujourd'hui plusieurs tracés sont à l'étude . Les élus des communes du secteur vont avoir leur mot  à dire. Il est à souhaiter que chacun fera un effort pour aboutir dans l'intérêt de tous les habitants

L'eau devient un luxe : l'eau deviendra-t-elle un produit de luxe ? Son traitement, sa distribution deviennent de plus en plus coûteux pour les collectivités et  donc pour les habitants. Au passage, les sociétés privées qui exploitent  l'or bleu ne font pas dans la philantropie et réalisent de substantiels profits. De plus en plus de citoyens s'interrogent : "Et si l'eau devenait un service public géré par la collectivité, le prix du m3 serait-il plus intéressant ? On peut l'affirmer au regard de plusieurs exploitations en régie qui, elles, ne visent pas à réaliser des dividendes pour les actionnaires. Alors pourquoi ne pas aller vers une régie dans notre bassin Creillois où l'eau est actuellement l'objet d'un affermage à  la Lyonnaise des eaux ? Un débat avec les principaux responsables de nos villes, de la Lyonnaise et d'usagers aura lieu le 17 octobre à 20h au cinéma Palace de Montataire sur ce thème.

Insécurité : dans sa dernière tribune libre publiée dans le magazine municipal de Creil, l'opposition de droite du groupe UMP utilise le dramatique assassinat de deux jeunes à la cavée de Senlis pour s'en prendre violemment à la municipalité. L'utilisation de l'insécurité par les politiciens est une vieille méthode bien connue, et reprise en particulier par le  fasciste Le Pen. Face à l'insécurité et à la violence, il faut non seulement que la police ait les moyens de travailler notamment avec des effectifs suffisants que lui refuse toujours M. Sarkozy, mais il faut surtout que les gens vivent mieux, se rencontrent, se parlent et soient solidaires. Il faut que les citoyens refusent les appels à la haine et à la division et agissent démocratiquement pour obtenir pour tous plus de justice et de bien-être. Tout ce qui divise ne peut que favoriser la délinquance et la violence.

Rencontre avec les Marocains : le Conseil régional des Marocains de France organise une rencontre de ses adhérents ce samedi 16 septembre à partir de 15h au centre des rencontres de Creil. Cette journée est ouverte à tous. Une occasion pour les habitants de mieux faire connaissance avec nos amis du Maroc et leur pays . M. l'Ambassadeur du Maroc en France y présentera une conférence sur les investissements franco-marocains et diverses activités culturelles et sportives sont programmées. Vive l'amitié entre nos deux pays !

Réhabilitation de logements à la Zac du Moulin : Oise Habitat entreprend la réhabilitation des Andrault et Parat, ces logements à terrasse qui dans les années 80 avaient introduit un certain style architectural dans le quartier du Moulin. L'opération devrait durer environ 18 mois pour un montant de 3,2 millions d'euros.

Creil, le maire dans la rue : Christian Grimbert poursuit sa tournée dans les quartiers. Il viendra à la rencontre des habitants le jeudi 14 septembre à partir de 16h30. Ca tombe bien, c'est dans mon quartier : alors bienvenue M. le Maire ! Pour ceux  dont l'horaire ne conviendrait pas, ils pourront  toutefois rencontrer le premier magistrat à 18h30 à l'Hôtel de Ville.(Voir sur ce blog mon compte-rendu de cette rencontre)

Terrible accident sur l'autoroute A1 : mardi 5 septembre, un car de tourisme russe a percuté un camion benne faisant quatre morts  et plusieurs blessés.

Vineuil Saint Firmin : le calme petit village qui longe le parc du Château de Chantilly se mobilise pour s'opposer à l'expulsion d'une famille congolaise dont les enfants  scolarisés sont aussi menacés en application des mesures de Sarkozy

Creil, les verts entrent en campagne : les Verts menacent de nouveau la majorité municipale et le maire de constituer leur propre liste aux municipales et font monter les enchères en exigeant 8 sièges  de conseillers. Manifestement, certains ont du mal à perdre les vieilles habitudes politiciennes de tractations et de pressions dans l'espoir de négocier des postes. Mais pour l'instant rien sur le programme qu'ils souhaitent promouvoir et la façon dont ils entendent rassembler contre la droite. On peut douter en tout cas de la méthode, car  faire cavalier seul n'a jamais fait avancer le progrès !

Montataire : Une conférence sur "La dignité ouvrière : l'exemple de l'usine Chausson" aura lieu le vendredi 29 septembre à 20h au Cinéma Palace avec l'historien Jean-Pierre Besse et le sociologue Pascal Depoorter. Entrée libre

Michel Françaix  choisit Ségolène Royal : Le député de la circonsription Creil-Chambly apporte son soutien à la candidate à la candidature au sein du PS. Même si le député appelle à battre la droite pour améliorer les conditions de vie des gens, il reste discret sur les moyens à mettre en oeuvre pour y parvenir. Ca vaudrait peut-être le coup qu'il nous en dise un peu plus, car soutenir Ségolène Royal ou un autre tenor du PS ne changera pas grand chose en soi pour la vie de nos concitoyens si on ignore quelle politique mettre en oeuvre.  Il ne faut surtout pas comme on pourrait le craindre recommencer avec un social-libéralisme qui a fait perdre la gauche ces dernières années. Or Mme Royal ne semble pas décidée à s'écarter de cette voie là. Aux citoyens donc de s'en mêler.

PCF de l'Oise : Une soixantaine de militants se sont retrouvés à Montataire pour préparer la fête de l'Huma et la rentrée. Résolus à s'opposer à la politique de la droite, ils ont exprimé leur volonté d'aller vers un rassemblement anti-libéral à gauche. En exprimant vivement leur désapprobation avec la guerre des chefs au PS, ils considèrent  que rien n'est joué à gauche pour les présidentielles. Ils entendent faire comme pour le référendum sur la Constitution : en appeler aux citoyens, à leur réflexion et à leur action pour construire un programme anti-libéral porté par une candidature unitaire, pour laquelle Marie-George Buffet s'est déclarée disponible.

Du côté de l'UMP : voir mes articles sur les députés de l'Oise Woerth et Courtial ci-dessous. Aux dernières nouvelles l'un est en pleine euphorie, l'autre bosse comme un"malade". Tout cela ce n'est pas forcément bon signe pour ceux qui bossent vraiment et durement  dans nos usines,  qui viennent d'être licenciés,  et qui n'ont sans doute  pas la chance de connaître la douce euphorie du parlementaire.

Cramoisy : Marcel Heurteur, l'ancien maire du village est décédé à l'âge de 72 ans.

Essef, les anciens salariés licenciés se mobilisent : les travailleurs de l'entreprise de papier peint de Balagny sur Thérain n'ont pas dit leur dernier mot. Ils ont reçu le soutien de Jean Sylla, le maire communiste de Mouy et de Michel Françaix, le député socialiste dans leur combat pour le projet de reprise de leur entreprise sous forme coopérative. Ils ont créé en ce sens une association le"Collectif des anciens salariés d'Essef dont le siège social est en mairie de Mouy. Pour l'instant le maire de la commune concernée, Mme Brémard, elue UMP, ne s'est pas prononcé.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog