Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
CREIL AVENIR

CREIL AVENIR

Jean-Paul LEGRAND - Président du mouvement politique "Les Citoyens En Mouvement". Elu maire-adjoint de 2008 à 2014 et conseiller municipal de 1983 à 1995. Président d'une association économique pour le développement fluvial

Partager

La droite veut s'emparer de Creil

Jean-Paul Legrand — Politique

Creil c'est toute une histoire. Une histoire ouvrière et démocratique qui a marqué les 19 et 20ème siècles. Creil c'est une population humble, de familles modestes, de jeunes avec des petits boulots, de chômeurs et de RMIstes,  de salariés qui travaillent dans les entreprises de la région mais aussi dans la région parisienne et à Paris, qui connaissent la précarité,  les petits salaires, avec des transports souvent très longs et fatigants. Ce sont aussi des salariés des services publics qui savent ce qu'est d'être au service des autres et qui refusent que soit liquidée cette solidarité dont les plus modestes ont tant besoin. Creil c'est aussi un mouvement associatif exceptionnel fait de dévouement et d'engagement. C'est une ville-monde où vivent ensemble des personnes venant des quatre coins de la planète, une ville de partage qui veut vivre dans la dignité. Creil c'est une diversité d'opinions, d'idées, de valeurs humaines du fait de ce brassage, de ce métissage, dont nous devons être fiers !

C'est pourquoi j'en appelle aux citoyens : la droite veut s'emparer de Creil. Les mêmes qui soutiennent à fond le grand patronat, les copains de Mancel et de Juppé que la justice a condamnés, les mêmes qui liquident notre industrie et prônent de jouer en bourse comme perspective de vie, ceux qui ont défendu le CPE becs et ongles le présentant comme un avenir pour la jeunesse, ceux qui ont insulté les citoyens qui ont voté contre la Constitution européenne, ceux là s'apprêtent à s'emparer de Creil !

Il ne faut pas laisser faire. N'oublions pas que la droite a le pouvoir et aussi beaucoup de relations avec les milieux financiers et patronaux. Creil représente pour elle un verrou à faire sauter. En gagnant Creil, elle espère remporter l'agglomération, mettre en difficultés les forces de gauche, les pôles de luttes et de résistance comme celui que représente Montataire. Le député de Chantilly, Eric Woerth, dirigeant de l'UMP, ex-ministre travaille avec son parti à trouver les moyens pour la droite de remporter notre ville aux prochaines élections. Il sait les faiblesses de l'actuelle droite locale qui n'a ni envergure, ni de réelles relations avec les habitants. C'est sans doute pourquoi l'UMP devra bientôt désigner son leader sur Creil qui ne sera pas forcément un élu du conseil municipal. L'UMP a besoin d'un battant, d'une grande gueule, capable de flatter les idées d'extrême-droite tout en défendant les arguments néo-libéraux de Sarkozy. Peut-être un parachuté, mais peu importe si il apparait comme une sorte de M. Propre de la politique, un homme tout neuf à Creil, qui saura expliquer qu'il faut s'adapter à la mondialisation si on ne veut pas mourir . Qui saura expliquer que pour ça il faut faire une révolution libérale, balayer tout ce qui freine ce mouvement comme les services publics,  les dépenses sociales. Un de ceux qui expliquera qu'il ya trop de fonctionnaires et que l'avenir c'est de créer sa propre entreprise et qui s'empressera si il est élu maire de privatiser les services municipaux "les moins rentables". Un de ceux qui proclamera que pour la France l'industrie c'est fini et que par conséquent il faut accepter de voir nos usines disparaître petit à petit, que Creil ne doit pas s'accrocher à son passé industriel !!! Un homme capable aussi d'aller sur le terrain à la rencontre des gens parce que la droite a bien compris que la proximité  c'est une exigence  essentielle des citoyens, que posséder la télévision et la plupart des médias ne suffit plus pour sa propagande, pour preuve l'échec cuisant du référendum sur la Constitution européenne. En ce sens la droite se battra pour mobiliser son électorat et celui de Le Pen en tablant sur une forte abstention.

Comment faire face à cette droite qui sera prête à tout pour remporter la direction de notre ville ? Je crois  que la gauche dans son ensemble doit affirmer davantage ses valeurs, passer plus de temps avec les gens, appeler les habitants à lutter et non à subir une politique nationale qui fait tant de mal et qui a des conséquences  pour notre ville elle-même. Toutes les forces de gauche doivent faire preuve de responsabilité : que cessent les querelles de personnes, et qu'on ne passe pas son temps en marchandages pour des sièges au conseil municipal. Cela n'a strictement aucun intérêt pour les habitants. Je crois que nos élus doivent faire davantage de porte à porte et de réunions publiques pour expliquer leur action, pour demander leur avis aux citoyens, et pour en tenir compte. Je pense que c'est aux élus d'aller vers les gens, qu'être un élu de gauche c'est  rendre compte de son action régulièrement et pas seulement dans des bulletins ou des magazines. C'est dépasser le formalisme des conseils municipaux et retrouver les gens dans des occasions conviviales. Je crois par exemple que c'est une bonne chose que le maire et les conseillers municipaux viennent dans les quartiers dialoguer avec les habitants, pour répondre à certains problèmes qui peuvent être résolus rapidement. Je crois surtout que ce ne sont pas seulement les partis qui doivent construire le futur projet pour notre ville, mais que cela doit s'engager  dès maintenant avec les habitants, les associations, les jeunes, les salariés des entreprises. 

Je ne veux pas que la droite s'empare de Creil. Je me battrai farouchement contre cette perspective.
Le meilleur moyen d'y parvenir c'est d'avoir une gauche ambitieuse, imaginative, bousculant le train-train et les idées reçues. Une gauche moderne qui affirme les valeurs fondamentales de la gauche : l'anti-capitalisme, la démocratie et la participation de tous sans exclusive aux affaires de la cité, la fraternité et la coopération contre la concurrence et le chacun pour soi,  la solidarité et le partage contre la guerre des chefs et les coups bas. Une gauche qui retrouve le goût de la lutte, le courage du combat et non qui adopte la "molle attitude" actuelle qui conduit à accepter les pires idées libérales. Si la gauche abandonne ces principes, elle perdra. Au contraire si elle les fait vivre au quotidien, elle rassemblera, en sortira bien plus forte, notre ville s'en portera tellement mieux.

Le combat est difficile, mais rien de bon et de juste ne se conquiert facilement. J'ai confiance parce que notre ville, ses habitants, ont les ressources et les énergies pour faire de belles choses. Creil, j'y crois !

 

Partager cet article