Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Politique, culture, éducation, formation pour la vie démocratique - blog créé le 10 mai 2006

Le coup de poignard du patronat de Continental

Haute trahison de classe

A Clairoix, Continental prévoit de licencier 1200 travailleurs malgré les engagements pris il y a trois ans de ne procéder à aucun licenciement en échange de reculs sociaux acceptés par les salariés sur la durée du travail. Certains avaient cru qu'en passant des accords avec le grand patronat, l'emploi aurait été sauvegardé. Ils avaient oublié que la lutte de classe existe et qu'elle est sans pitié. Il n'y a rien à attendre des bandits de la finance, des maffieux du capital qui dilapident  l'argent du travail et détruisent des années de labeur en fermant des entreprises en pleine capacité de produire ! Face à la terrible offensive capitaliste, il est temps de riposter massivement notamment le 19 mars avec la journée de grève générale mais au delà par des blocages et occupations d'usines décidées démocratiquement par les salariés. Rien n'est à eux, tout est à nous, agissons massivement pour en finir avec la propriété privée des grands moyens de production et d'échange, parlons autour de nous de l'alternative au capitalisme, préparons les comités populaires de lutte rassemblant les organisations démocratiques sous le contrôle des citoyens, à l'instar des camarades de la Guadeloupe !

FRANCFORT (Reuters) - L'équipementier automobile allemand
Continental annonce son intention de réduire sa production
de pneus en Europe, ce qui le conduira à fermer les sites
français de Clairoix (Oise) et allemand de Hanovre et à
supprimer ainsi près de 2.000 emplois.

La production de l'usine de Puchov, en Slovaquie, sera
réduite de 20%.

A Clairoix, où 1.120 salariés peuvent produire chaque année
huit millions de pneus pour voitures de tourisme, la
production sera réduite en deux étapes. Elle devrait
définitivement cesser le 31 mars 2010.

Le porte-parole du gouvernement français, Luc Chatel,
également secrétaire d'Etat à l'Industrie, a déclaré avoir
déjà reçu les dirigeants de Continental pour leur indiquer
que les salariés de Clairoix avaient accepté il y a trois
ans d'augmenter leur temps de travail en échange de
garanties sur l'emploi.

"Donc, tout retour sur cet accord devrait être considéré par
les salariés comme une trahison", a-t-il ajouté.

Il a dit avoir en outre averti les dirigeants de Continental
que si le groupe maintenait le projet de restructuration du
site de Clairoix, "il aurait à se justifier devant les
tribunaux, en particulier de la raison et des motivations de
tels licenciements surtout dans une période où le groupe
Continental a annoncé en 2008 des résultats positifs de sa
branche pneumatiques".

A Hanovre, où le groupe produit des pneus utilitaires pour
une capacité annuelle de production de 1,4 million d'unités,
780 emplois sont concernés.

Au total, la production européenne de pneus pour utilitaires
du groupe sera réduite de 27%.

"Nous avons examiné plusieurs solutions, a déclaré
Hans-Joachim Nikolin, membre du directoire de Continental
chargé de la branche pneus dans un communiqué.

RECUL "DURABLE" DE LA DEMANDE

"Il ressort (...) que la compétitivité de la branche pneus
ne pouvait être maintenue qu'en fermant les deux usines dont
les coûts de production sont les plus élevés. Et il s'agit,
pour les pneus de tourisme, de l'usine de Clairoix, et pour
les pneus utilitaires, de celle de Hanovre", a-t-il ajouté.

Une source proche du dossier a déclaré que les coûts liés
aux fermetures d'usines se chiffraient à plusieurs dizaines
de millions d'euros "au moins".

A la Bourse de Francfort, l'action Continental a fini la
séance en baisse de 4,32% à 13,30 euros alors que l'indice
DJ Stoxx du secteur automobile progressait de 2,9%.

Le groupe dit s'attendre à ce que la production du groupe en
Europe chute d'environ 15 millions de pneus dans les
voitures de tourisme et de près de 1,7 million de pneus dans
les utilitaires, après un quatrième trimestre en forte
baisse tant pour la première monte que pour le remplacement.

"Le groupe ne s'attend pas non plus à ce que le marché
connaisse d'amélioration notable pour lui permettre de
réutiliser, à court ou à moyen terme, ses capacités de
production existantes de façon optimale", lit-on dans le
communiqué publié en français.

Le groupe dit avoir épuisé toutes les mesures possibles pour
éviter les fermetures, telles que la prolongation des
périodes de fermeture annuelle, la suppression des emplois
intérimaires ou le chômage partiel.

"Malheureusement, face à un recul durable de la demande
d'une telle ampleur, ces instruments utilisables sur une
courte période ne suffisent plus", affirme-t-il.

Continental, qui a réalisé un chiffre d'affaires de plus de
24 milliards d'euros en 2008, emploie pour l'instant 140.000
personnes dans 190 sites de 35 pays.

Outre des pneus, il fabrique notamment des systèmes de
freinage, des systèmes et des composants pour la propulsion
et les châssis.

Le président du conseil de surveillance, Hubertus von
Grünberg, a démissionné vendredi dernier en raison d'un
désaccord stratégique avec la famille Schaffler, son premier
actionnaire.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog