Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Politique, culture, éducation, formation pour la vie démocratique - blog créé le 10 mai 2006

Etre avec les habitants ....

...Comme des poissons dans l'eau


Alors que les liquidateurs du communisme se sont pris une gifle au congrès du parti de la refondation communiste en Italie ce week-end, le débat au sein du PCF reste l'affaire d'une minorité d'adhérents. Le quotidien "L'Humanité" s'est fait l'écho de ce débat qui est loin de passionner les foules. Malgré tout, même si en France aussi les liquidateurs du communisme travaillent y compris au sein du PCF, parmi ceux qui ont pris part au débat sur internet on parle beaucoup du communisme et du marxisme, tant mieux ! On ne peut que s'en réjouir !

Il est peu probable que le Congrès du PCF marque un moment  historique, car l'essentiel se passe  dans la société ailleurs que dans le parti qui reste un parti à forte tendance électoraliste  assez coupé de l'action révolutionnaire sur le terrain (procédons à une analyse lucide des forces communistes aujourd'hui, la plupart sont essentiellement mobilisés par l'action des élus, les cellules communistes ont relativement peu d'existence et d'activité ou se limitent à des interventions très limitées en direction des gens). J'entends par là que très peu de forces militantes sont aux côtés des gens des cités et des entreprises et que ces forces n'ayant pas une ligne stratégique révolutionnaire conséquente s'épuisent souvent dans un activisme généreux et parfois utile mais sans danger pour le grand capitalisme.

En effet, il est temps d'affirmer que notre projet est le communisme, pas l'horrible et criminel mensonge stalinien, pas la  mutation du communisme dans un conglomérat politicien social-démocrate niant la lutte de classes, non mais la réponse  claire et concrète par la  lutte démocratique au capitalisme en crise !  Car l'essentiel est dans le peuple, dans les modifications profondes de la société. La liquidation de la construction sociale issue des luttes du XXeme siècle est l'oeuvre quotidienne de Sarkozy et de ses sbires tous dévoués au capitalisme. Il ne sert à rien de se lamenter et de le regretter. Les forces révolutionnaires sont très affaiblies, mais elles ont leur raison d'être dans l'évolution du capitalisme lui-même et elles peuvent renaître avec une vigueur et une détermination qui peut surprendre. Le manque de confiance dans le peuple, le discours d'une gauche qui s'est résignée à la domination du capital, l'autoflagellation des dirigeants commmunistes, l'idée même que le communisme serait sinon mort mais moribond et qu'il faudrait tourner la page, tout cela est une entreprise de démoralisation générale du peuple qu'il est impératif de combattre.

L'expérience que les communistes de Creil ont vécu ces derniers mois lorqu'ils ont décidé de présenter une liste communiste aux municipales avec un contenu franchement communiste a prouvé que lorsque les révolutionnaires sont liés aux gens les lignes politiques peuvent bouger. Ah si nous avions écouté ces élus et dirigeants du PCF qui ne nous donnaient même pas 2%, qui expliquaient que nous allions au suicide, nous n'aurions jamais obtenu le doublement des voix communistes et surtout nous aurions participé au recul des idées révolutionnaires, au fatalisme ambiant !  Mais nous avons écouté les gens, nous sommes allés les rencontrer, nous avons aussi travailler la théorie, pour certains d'entre nous en relisant Marx, en essayant de la relier à notre réalité et cela nous a donné des ailes, de l'espoir et une conviction profonde de la justesse de notre combat.

 Nous avons seulement ouvert une brèche dans la morosité politicienne locale. Cet été comme l'an dernier, nous emmènerons à la mer des dizaines de Creilloises et de Creillois. Ce n'est qu'un début, l'automne sera chaud, très chaud certainement. En septembre, nous allons déjà nous rendre nombreux à la fête de l'Humanité à la Courneuve pour trois jours de partage, de débat, de plaisir non stop ! Nous allons reprendre nos rencontres et meetings de rue, nos porte à porte, nous allons préparer des points de dialogues partout dans la ville à la bonne franquette, informels mais au contact direct des citoyens comme des poissons dans l'eau... nous allons aussi organiser des soirées éducatives sur les thèmes qui concernent la vie des gens (par exemple et ce ne sont que de premières idées : le logement, l'avenir de l'industrie, la gratuité des transports publics, le canal Seine- nord, la ligne  SNCF Creil-Roissy, l'utilisation de l'argent, les services publics, la caisse d'allocation familiale, ou encore comment le marxisme peut éclairer notre combat quotidien). Tout ce travail ce sera notre façon à nous de faire congrès, avec les habitants, pour changer la société, pour une véritable révolution démocratique qui en finisse avec la capitalisme !


Ci-dessous l'article paru dans l'Huma du 28 juillet.

Quand les communistes débattent du communisme

PCF . À cinq mois de leur 34e Congrès, les militants confrontent sur la Toile leurs opinions sur le devenir de leur parti.

Pendant les vacances, la discussion continue. La lecture des contributions adressées au forum de discussion (1) confirme le caractère « existentiel » du débat ouvert entre les militants communistes dans la préparation de leur congrès de décembre. Dans le seul mois de juillet, plus de soixante-dix contributions ont été publiées (2). On aura rarement autant parlé de communisme dans la préparation d’un congrès du PCF. Par quel projet émancipateur crédible et original les communistes, aujourd’hui si affaiblis, peuvent-ils être identifiés et reconnus ? L’histoire du communisme du XXe siècle, sous sa forme soviétique, est-elle « un bagage trop lourd à porter » ? Oui, répond Gilbert Bernard, de la Haute-Vienne. Même si le PCF a connu « des moments admirables », l’échec des régimes dits « communistes » a eu un impact plus fort que les assurances données par les communistes sur leur projet, bien différent du modèle soviétique. « Soyons lucides, écrit-il, le communisme n’est plus porteur d’espoir dans le monde et la France d’aujourd’hui. » Et le PCF n’est plus « le parti dont nous avons besoin pour mener la lutte des classes dans les conditions d’aujourd’hui. » Il est en revanche le mieux placé pour « donner le signal en faveur de la création d’une nouvelle force politique ».

Cette position tranchée n’est pas partagée par la majorité des participants au forum, quelles que soient par ailleurs leurs opinions sur l’ampleur des changements qu’il convient de décider. Ce qui doit changer au Parti communiste. Christiane Leser (Val-d’Oise) ne veut pas se contenter d’une « rénovation » qui ne toucherait pas à la « matrice originelle » (la révolution bolchevique de 1917) - « ce serait une catastrophe ». Il faut au contraire « métamorphoser » le PCF, fonder un Parti communiste en rupture avec des conceptions et des pratiques dépassées et en même temps fidèle à l’idéal, aux espoirs, au courage et à la créativité des centaines de milliers d’hommes et de femmes qui ont fait le PCF ». « Rénover ou transformer le PCF ? », c’est aussi la question posée par Daniel Brunel. Pour le vice-président du conseil régional d’Île-de-France, le devenir du PCF ne peut se traiter en dehors de l’avenir de la gauche. Et notamment de « la refondation de transformation sociale et écologiste qui, nécessaire à terme, ne peut être traitée si on ne pose pas la question de la place de la composante communiste, donc de sa forme organisée dans les mouvements qui peuvent s’opérer ». L’apport du communisme est de porter l’idée que toutes les formes d’exploitation et de domination ne sont pas des lois intangibles des sociétés humaines. Sur cette conviction l’unité des communistes peut se réaliser, estime Daniel Brunel.

« Le communisme, écrit Alain Janvier, ce n’est pas tant un idéal que la réponse à des besoins forts qui frappent à la porte de l’humanité. Et, de son côté, Bernard Lamirand, de la cellule du site Arcelor de Montataire (Oise), lance des pistes : la gratuité de l’eau, les transports gratuits pour le travail et la recherche d’emploi, les actes de santé remboursés à 100 %… Le militant s’inquiète au passage qu’au moment où le libéralisme destructeur des valeurs collectives rencontre des difficultés nouvelles (…), ce n’est pas le moment d’abandonner les concepts communistes et le PCF, comme certains s’y dirigent. » L’exaspération sourde de certains messages. À l’instar de Yacine Houichi, animateur de la Jeunesse communiste à Montreuil, qui se plaint des frictions internes entre les « rénovateurs » et les « orthodoxes » « Au lieu de proposer des alternatives aux citoyens, nous perdons notre temps dans des querelles internes qui ne nous apportent que la division du parti. »

Le refus de la division, l’exigence de respect de la démocratie interne revient souvent. Roger Dupas, de Bretagne, se montre particulièrement sévère : « Quel crédit accorder à une organisation dont la direction est en permanence en désaccord, y compris soutien des candidats opposés ? (…) comme ce fut le cas à la présidentielle malgré un vote majoritaire des adhérents. Je crois que cela ne peut plus durer. Les tendances sclérosent le débat, le transforment en lutte de clans. » Mais pour Pierre Zarka, « la créativité personnelle et une organisation unifiante sont les indispensables conditions d’une force transformatrice du XXIe siècle. Ce n’est plus le Parti qui labellise ses membres pour en faire ses transmetteurs, ce sont eux qui décident de le former ». Disparaîtrait la verticalité d’appareil laissant la place à une « fédération de militants ». Il faut, reprenant une formule employée lors du Congrès fondateur de Tours (1920), avoir l’audace de « changer la vieille maison » Cette conception n’est pas celle d’Alain-François Bouvier, de Bagneux, qui soutient que « le Parti est lieu de la réflexion collective par la confrontation des réflexions individuelles (…), il ne peut être question de le remplacer par une idée d’outil collectif non défini ».

En ce 160e anniversaire de la publication du Manifeste du Parti communiste, Karl Marx est le personnage le plus cité dans les contributions, de toutes sensibilités. Signe d’un questionnement des communistes qui se sentent entre le besoin de retour aux sources et la nécessité de s’atteler à un projet communiste pour le monde d’aujourd’hui. Avec la conviction partagée que l’un ne va pas sans l’autre. C’est pourquoi l’accent est si souvent mis sur la formation des militants, comme l’écrivent les communistes de Limay dans une longue contribution collective : « Les communistes doivent disposer d’un bagage politique leur permettant de comprendre la société dans laquelle ils vivent. »

(1) alternativeforge.net

(2) Dans nos éditions précédentes, nous avons présenté les contributions

de Marie-George Buffet, d’André Gerin

et de Roger Martelli.

Jean-Paul Piérot





Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog