Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Politique, culture, éducation, formation pour la vie démocratique - blog créé le 10 mai 2006

Vaincre la peur, préparer la révolution au quotidien

L'émancipation des peuples sera leur oeuvre

 

Je n'attends pas grand chose de la gauche telle qu'elle existe aujourd'hui. Pour moi elle est arrivée à la fin d'un cycle où elle a davantage joué le rôle de cadrer le mouvement populaire dans le système plutôt que de l'aider à trouver son autonomie transformatrice. La gauche est perçue comme une alternative politicienne possible davantage par opposition formelle à  la droite que par sa capacité à porter un projet transformateur. Cela reste donc  du domaine politicien et dans le cadre du capitalisme qui serait un horizon indépassable.

 

 Pour moi, au contraire, ce dont il s'agit c'est de libérer les énergies inventives de millions d'individus qui n'en peuvent plus du capitalisme, y compris de ceux qui ont cru dans ce système et qui aujourd'hui en pressentent la faillite inexorable sur le plan du développement de milliards d'être humains dans le monde , de millions dans notre pays.  La crise que traverse la gauche PC-PS-LCR- etc... réside dans son incapacité à promouvoir une alternative de transformation fondamentale de la société parce qu'elle s'est laissée piéger par le système de la bipolarisation et des institutions actuelles en négligeant son rapport aux milieux populaires et à la classe ouvrière dont elle ne mesure sans doute pas les profondes modifications qui y sont intervenues.

 

 Je crois qu'il appartient aux citoyens, aux travailleurs de transformer en profondeur la gauche et en son sein le PCF.  Au lieu de combinaisons politiciennes et électoralistes chacun doit se poser la question de comment favoriser la créativité des citoyens. Ainsi il est urgent de promouvoir la maîtrise par  les gens de leur intervention et le combat pour une éducation populaire aux idées les plus progressistes afin de doter le mouvement populaire des moyens politiques de son autonomie. Face à la machine médiatico- idéologique du capital, face à un appareil d'Etat de plus en plus au service des plus riches, à une internationalisation capitaliste des forces productives, les idées révolutionnaires peuvent vite progresser si la gauche et en son sein le PCF deviennent des espaces de liberté totale de création politique qui fassent appel à l'inventivité et à l'imagination des gens, deux qualités que le capitalisme tente de formater, restreint et ramène au but ultime de l'accumulation de l'argent. L'imagination et l'invention partout, dans les quartiers, les entreprises, dans tous les lieux de décisions,  exercées par le plus grand nombre, cela s'organise.

 

C'est un combat ! Aucune alternative politique viable  ne se fera en dehors de la créativité des gens, de la maîtrise par eux des enjeux et des décisions. Si les partis politiques peuvent être utiles c’est dans cette action pour stimuler l’éducation populaire et une citoyenneté d’engagement et d’action des gens tout en présentant leurs propositions.

 

Mais pour l’instant les partis de gauche sont bien éloignés des citoyens hormis quelques élus et militants qui estiment que le capitalisme doit et peut être dépassé, qui osent remettre en cause la routine et qui sont critiques vis-à-vis des institutions lesquelles sont davantage des freins à l’action démocratique que des outils de réelle participation. Si la droite s’est décomplexée totalement quant à la promotion d’un ultra-libéralisme de rupture avec tout ce que notre peuple a conquis de progrès démocratique et social, la gauche et ses dirigeants restent dans le cadre désespérant de vieux schémas surannés, incapables de faire appel à l’espoir et à l’inventivité des gens, complètement bloqués par la trouille d’un mouvement populaire qui pourrait aller au-delà des habitudes réformistes ou staliniennes qui ont mené le mouvement progressiste à l’échec.

 

C’est que fondamentalement ces dirigeants considèrent comme définitive la victoire du capitalisme pourtant en crise et qu’ils n’y décèlent aucunement les signes avant-coureurs d’une possible transition de civilisation. En désespérant le peuple, ils ont accompli leur mission historique que leur avait assigné la bourgeoisie d’encadrer le mouvement populaire, d’anéantir les outils d’analyse théorique  du mouvement social sous prétexte que le marxisme serait mort, de maintenir une régulation sociale en promouvant des dispositifs rémunérés d’intégration dans la précarité et le chômage au détriment de l’emploi comme le RSA, de participer à une bipolarisation de la vie politique qui est un crime contre le pluralisme et la démocratie.

 

L’heure est venue de révolutionner la politique de fond en comble et d’envisager de grands mouvements de lutte qui se donneront des perspectives de transformation de la société sur la base de l’invention d’un nouveau monde. Tout ce qui cantonne l’initiative des gens à une vision étriquée, à son maintien dans le cadre du capitalisme, au refus d’analyse critique des institutions et du système, tout ce qui maintient les gens dans l’idée qu’ils sont incapables de changer la société, bref tout ce qui s’oppose à une visée révolutionnaire et démocratique alliant prise du pouvoir d’Etat et créations de pouvoirs autogestionnaires de base et à tous les niveaux de la société doit être considéré comme contre-révolutionnaire et doit être combattu sans répit.

 

Les idéologues du capitalisme, les politiciens de l’ordre établi comptent sur la peur que leur domination provoque chez les gens. Ils mettent en place des dispositifs renforçant une domination de plus en plus dure (fichage, flicage avec suivi des consommations et des actions des citoyens, exploitation renforcée dans les entreprises, heures supplémentaires obligatoires, mise en concurrence des gens, reculs des droits sociaux, chasse aux étrangers sans papier, criminalisation de l’action syndicale et politique, campagnes idéologiques avec matraquage télévisuel, etc…). Il est donc urgent de créer des réseaux de transformation révolutionnaire dans les quartiers, les entreprises, sur internet, pour développer les idées démocratiques de contestation systématique de l’ordre fascisant en cours et mener des actions concrètes pour changer la vie quotidienne. Les armes de la démocratie réelle vaincront cette peur que les dominants veulent généraliser, elles le démontrent aujourd’hui au sein des couches populaires du Venezuela ou encore de Bolivie. En France les révolutionnaires encore bien minoritaires s’attellent à redonner l’espoir et à faire reculer cette peur. Les idées révolutionnaires peuvent devenir des forces matérielles car elles correspondent aux exigences de notre temps, d’une humanité qui pour se développer sans aller vers le chaos devra se débarrasser de la domination de classe. Nous ne sommes qu’au tout début d’une transition historique, tout dépendra de la capacité des exploités à vaincre leur désespoir pour relever la tête, s’unir et prendre les rênes de l’avenir.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog