Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Pour la démocratie et la République sociale, blog du Manifeste "Citoyens en mouvement" blog créé le 10 mai 2006

Vive les vacances !

Voilà, je les ai enfin prises ces vacances ! Ouf, comme cela fait du bien. J'ai eu cette chance de pouvoir me rendre sur la côte atlantique et de profiter pleinement de ma famille, et surtout de bébé qui a déjà un peu plus de trois mois. Quelques jours de soleil et autant de pluie une semaine tout de même bien délassante, avec  un peu de natation et  de lecture. Un livre sur l'Histoire de la Commune de Paris. Quelle histoire ! La bourgeoisie n'a pas de patrie, elle a pactisé avec l'ennemi allemand pour écraser la révolution ouvrière alors que le peuple de Paris défendait les intérêts de la Nation, refusant de livrer la cité à l'ennemi, organisant des élections qui  mettait à la tête du gouvernement révolutionnaire des hommes et des femmes intègres qui se sont battus jusqu'à la mort pour défendre les mesures de justice  et de libération de cette commune prolétarienne. Quand je pense que tout est fait pour que les gens ignorent cet événement fondateur du socialisme, ce premier Etat des travailleurs où marxistes, anarchistes, socialistes, hommes et femmes de progrès ont inventé une organisation sociale démocratique et égalitaire dans la continuité de la grande révolution de 1789. Il est temps d'organiser une université populaire et indépendante du pouvoir pour que dans les quartiers et les entreprises on apprenne cette histoire : il est possible d'organiser des cours, des lectures, des conférences : le rôle des communistes doit aussi servir à cela.
Plus le temps passe, plus les mesures de la grande bourgeoisie étouffent la vie et le progrès de la société et de notre pays, plus je suis convaincu qu'il nous faut préparer la lutte révolutionnaire par une éducation populaire des prolétaires de notre époque : les jeunes des quartiers, les chômeurs de toute génération, les salariés de tous les secteurs, les techniciens, cadres et ingénieurs de l'industrie et du système informatico-financier et des médias.

Premièrement, il faut à chaque fois révéler la nature de classe de chaque mesure prise par le pouvoir : en effet pour les capitalistes et leur personnel politique il s'agit en permanence de favoriser la croissance du capital le plus vite possible. Aucune mesure prise par ce pouvoir ne s'écarte de cet objectif. Cette croissance dans les conditions du capitalisme se paie au prix fort pour les peuples : guerre, chômage, paupérisation, famine, répression, etc...

Deuxièmement, il faut mettre  ces mesures en relation avec la mondialisation du capital et mettre en évidence les contradictions entre les puissances capitalistes et celles qui aspirent à le devenir (exemple Etats-Unis-Europe-Chine).

Troisièmement, il faut mener la contestation de l'ordre capitaliste en permanence à partir de ce que vit chaque individu, sa famille, ses proches pour dévoiler la nature même de l'aliénation et de l'exploitation, celles-ci perdureront tant que les dominés accepteront de l'être, voire tant qu'ils collaboreront au système dans l'espoir d'en avoir quelques avantages qui, dans une précarité permanente, ne sont en définitive que des miettes comparées aux énormes potentialités des forces productives et de création de l'humanité qui sont elles-mêmes en deça de ce qu'elles pourraient devenir dans une humanité qui serait fondée sur la coopération et la liberté totale de création.

Quatrièmement, il faut mener une lutte politique sans concession aucune avec la bourgeoisie, avec toutes les forces du capital financier, avec ceux qui se réclament en parole du socialisme mais qui font le choix du capitalisme dans les faits. Il ne suffit pas de comprendre la nature de classe de leur domination, il faut concrètement prouver dans les faits qu'une alternative révolutionnaire peut se construire en pratique et en théorie c'est à dire à la fois au quotidien et dans une visée transformatrice qui soit commune à des millions de gens différents.


 Le rôle du parti révolutionnaire n'est donc pas celui d'un parti classique qui agit pour gagner les élections et qui une fois élu accompagne le système et en définitive le défend parce qu'il en tire profit pour une poignée de personnel politique et quelques parasites qui reçoivent la bénédiction des grands capitalistes pour les services rendus.

 Le rôle du parti révolutionnaire est d'irriguer la société d'idées novatrices que les gens par la lutte démocratique imposeront , voire corrigeront, amélioreront, afin de rompre avec toutes les mesures résultant de l'accumulation du capital et au contraire d'utiliser l'argent pour le développement de l'ensemble des exploités du jeune chômeur à l'ingénieur qui ne peuvent être garantis dans leur droit d'avoir un emploi , une retraite, une protection sociale, le droit au logement, aux vacances, à l'éducation permanente, que si toute la société s'associe pour l'assurer à tous sans discrimination, que si l'argent trouve sa destination dans les forces de création.

Cinquièmement, il faut que le parti révolutionnaire soit un laboratoire populaire de réflexion théorique pour l'action. Ce parti doit être lié à tous les milieux de la société : il doit devenir le lieu de rencontre de ceux qui ne se voient jamais : le jeune en galère des quartiers populaires doit pouvoir y rencontrer le technicien supérieur d'une grande entreprise, la mère au foyer doit pouvoir faire connaissance avec un informaticien de la finance, le lycéen doit pouvoir y cotoyer le chercheur. Le but est que le parti devienne une école autonome dans laquelle chaque individu partage son savoir. Cette mixité sociale est un préalable à l'action volontariste de la direction du parti de développer une éducation populaire de haut niveau. Car sans théorie révolutionnaire, pas de parti révolutionnaire.
Autrement dit la division du travail doit être dépassée dans le parti lui-même pour qu'il devienne ce laboratoire d'expériences croisées qui se donne pour objectif non des luttes catégorielles mais la transformation générale de la société.

Une version plus longue de cet article est lisible sur le site http://bellaciao.org/fr/





Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog