Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Citoyens en mouvement

Politique, culture, éducation, formation pour la vie démocratique - blog créé le 10 mai 2006

La politique à Creil

Des nouvelles de l'actualité politique locale

 
Le Parisien du  19 octobre s'est fait l'écho depuis plusieurs semaines des difficultés financières de la fédération du PS de l'Oise dont le premier secrétaire est Jean-Claude Villemain, tête de liste aux municipales à Creil et candidat aux cantonales à Creil-sud (Je reproduis cet article ci-dessous).  Afin de vérifier les sources, j'ai appelé directement J-C Villemain pour lui demander si il confirmait les propos que lui attribue la journaliste. Il me l'a confirmé en me disant qu'en ce qui concerne les comptes du PS tout serait rendu public à la fin de l'année lorsque l'exercice sera terminé puisqu'il fallait attendre les conclusions du commissaire au compte. Cependant ont peut penser que des informations seront peut être livrées avant cette échéance, puisque déjà avant  la fin de l'exercice, Gilles Seguin, ex-premier secrétaire du PS avait révélé l'existence d'un déséquilibre de 120.000 euros.
 
Cette affaire qui s'ajoute à l'annonce de la division de l'équipe municipale après le retrait du maire sortant, Christian Grimbert, qui a confirmé qu'il ne souhaitait pas reprendre cette responsabilité, tout cela créée incontestablement un climat difficile, vécu comme tel par de nombreux habitants qui me l'ont témoigné lors des  rencontres hebdomadaires sur les marchés du jeudi et du samedi.
 
La droite  ne peut que se réjouir d'un tel contexte qu'elle tente d'utiliser à son profit. Même si ses différents chefs de file ne savent pas encore si ils iront unis à la bataille, elle vient de se réunir sous la houlette du ministre Woerth et le groupe conduit par Alexandre Varlet, ancien militant de l'UNI ,  d'expliquer dans la presse (Parisien du 16 octobre) que Creil avait les moyens et qu'elle devait être gérée comme une entreprise.
 
Dans ce contexte les communistes et leurs amis ont une grande responsabilité pour combattre la démagogie de la droite qui clame aujourd'hui que les moyens existent pour gérer autrement la ville. En effet la vérité c'est qu'aujourd'hui  notre ville n'a pas les moyens de répondre à une demande croissante des besoins sociaux et en particulier, malgré certains efforts entrepris, elle ne peut pas à elle seule répondre à la crise du logement et de l'emploi. Elle n' a pas ces moyens car la structure même de son budget fait qu'elle dépend pour beaucoup des dotations de l'Etat (42% des recettes de fonctionnement du budget de notre ville !!!!) et que ces dotations sont non seulement insuffisantes mais vont être amenées à baisser de façon significative avec les mesures de Sarkozy qui viennent d'être adoptées au Parlement et qui vont entraîner une baisse sensible de la Dotation globale de fonctionnement amputée de sa progression annuelle sur le taux de croissance du PIB. 
 
La seule parade est d'avoir  une attitude de lutte qui appelle la population à se mobiliser pour obtenir des moyens notamment sur l'idée que soit votée une loi  qui permettrait de taxer les actifs financiers des entreprises pour alimenter un fonds de développement  pour les collectivités. C'est dire l'importance d'être sur le terrain à la rencontre des gens pour apporter de telles propositions qui peuvent rassembler largement. Pour l'instant seuls les parlementaires du PCF soutiennent cette proposition, mais de nombreux maires  de toutes tendances sont extrêmement inquiets  pour l'avenir de leur commune.
 
 
Jean-Claude Villemain m'a appelé la semaine dernière pour connaître la position du PCF concernant  les municipales. Je lui ai rappelé l'essentiel du contenu de notre déclaration signée à ce jour par 15 Creillois de gauche dont plusieurs sont  militants du PCF(publiée sur ce blog) en lui expliquant que pour ce qui nous concerne nous travaillons à élaborer notre programme municipal en consultant les habitants et que nous voulons les mobiliser  en travaillant les questions de fond comme celles des moyens pour notre commune à travers les finances locales et le développment de la démocratie. Je lui ai fait remarquer que pour l'instant l'équipe sortante n'avait pas fait le bilan de  son mandat  et qu'à notre avis il convenait d'informer les habitants, qu'avant de parler de liste, de candidats, il y avait besoin dans cette ville d'un grand débat sur le fond qui fasse la clarté sur les enjeux. En effet les Creillois sont  pour un très grand nombre d'entre eux davantage préoccupés par les questions du logement, de l'emploi et de la santé  que par les querelles au sein du Parti socialiste.
 
Lors de notre entretien, J-C Villemain se  faisant  pressant sur la déclaration d'une liste commune, je lui ai redit que les communistes ne s'étaient pas prononcés  en ce sens car ils ont estimé que le moment n'était pas venu de le faire et qu'en tout état de cause ils se prononceraient démocratiquement sur plusieurs possibilités afin qu'ils puissent exprimer leur identité, exercer leur esprit critique et leur souveraineté. En ce sens,  nous pensons  qu'il nous faut d'abord privilégier la rencontre et la consultation des habitants avec notre enquête que nous avons élaborée  avec les militants communistes et leurs amis. Ce travail de consultation des habitants est un moyen justement de lancer le débat alors  que des accords de sommets entre partis en dehors d'un débat de fond avec les gens  ont toujours mené  la gauche  à l'échec. 
 
Il y a en effet un grand besoin de clarté. Il vient de se passer un événement grave avec l'élection de Sarkozy à l'Elysée : les forces de l'argent, le capitalisme financier va entreprendre une modification profonde de l'Etat en s'attaquant aux conquêtes structurantes de tout l'édifice social de notre nation, en particulier contre tous les services publics,  l'emploi et le statut des fonctionnaires, notre système de protection sociale fondé sur la solidarité.
 
Dans ce contexte les communes vont vivre une agression gravissime dans les prochains mois qu'il est impossible de ne pas prendre en compte. Chacun devra se positionner par rapport à cette agression des forces du capitalisme. Il faut donc d'abord procéder à une analyse sérieuse des conséquences de cette agression sur notre ville et promouvoir les moyens de la contrer. Tout cela nous conduit à penser  qu'il y a donc un grand besoin d'informations de la population, un grand besoin de démocratie pour l'écouter, l'aider à faire le lien entre ses souffrances et l'agression capitaliste en cours, travailler avec elle à des perspectives inédites de participation et d'engagement populaire  pour notre ville.
 
Gilles Seguin m' a également appelé, il a eu droit à la même réponse. Eric Montès du Parti radical de gauche m'a contacté, idem même réponse.
 
 On le voit,  en ce qui nous concerne nous sommes bien loin de motivations éloignées des préoccupations des gens et  qui  conduisent l'équipe municipale sortante à se présenter  divisée puisque  Gilles Seguin a annoncé qu'il ne voulait pas travailler avec J-C Villemain et qu'il constituait sa propre liste. Les Verts quant à eux se  déclarant prêts à rejoindre Gilles Seguin qui envisage d'ouvrir sa liste au Modem, le parti de Bayrou représenté localement par Brahim Belmhand. Je dis aux uns et aux autres qu'ils n'ont sans doute pas pris la mesure que  leurs tractations  politiciennes  risquent  d'aboutir à une démobilisation  des citoyens de gauche qui ont besoin tout au contraire d'une analyse sérieuse des enjeux et d'être associés à la construction d'un programme municipal de gauche. Or pour l'instant ni les uns, ni les autres n'ont à ma connaissance émis ni  analyse ni proposition sur la réalité financière de notre commune et  sur l'indispensable construction de structures démocratiques innovantes. face à la droite c'est poutant à cela qu'il faut travailler sans tarder, c'est à dire à un programme de lutte pour que notre ville ait à la fois les moyens financiers et démocratiques de se développer. 
 
C'est ce programme municipal populaire au contenu de gauche qui mobilisera les gens et nous permettra de constituer une équipe responsable et unie qui travaillera à un développement sans précédent de la vie démocratique de notre commune qui en a tant besoin.
 
.

 

La fédération du PS sous tutelle financière par Nathalie Revenu dans LE  PARISIEN

vendredi 19 octobre 2007 | Le Parisien

 

L'événement

UN MOIS après la révélation du trou dans les finances de la fédération du PS oisien, l'omerta est toujours de mise, tant au niveau local que national. Hier soir, le bureau fédéral se réunissait bien mais, paradoxalement, l'état financier de la fédération n'était pas à l'ordre du jour. En revanche, on étudiait une modification dans le partage du pouvoir avec la création de groupes reflétant toutes les sensibilités du PS avec quatre pôles : finances, trésorerie, adhésions et rénovation.

Une organisation qui mettra fin à la suprématie du premier secrétaire fédéral. « Nous travaillerons de manière plus collégiale », explique Philippe Massein, membre du bureau. C'est Gilles Seguin, ex-premier secrétaire, qui avait ouvert la boîte de Pandore début septembre , dévoilant l'existence d'un « déséquilibre autour de 120 000 € ». Depuis, le trou s'est encore approfondi, puisque l'on parle désormais de 200 000 €. Personne au sein du parti ne conteste ces difficultés budgétaires. Mais les interprétations sur leurs origines divergent. Jean-Claude Villemain, premier secrétaire fédéral, martèle : « Les campagnes législatives et présidentielle ont été coûteuses. » Aucune précision chiffrée n'est avancée. « Je donnerai le chiffre en fin d'exercice », ajoute-t-il. C'est-à-dire fin décembre. En attendant, un commissaire aux comptes mandaté par le Parti socialiste a déjà commencé à éplucher la comptabilité de l'exercice 2006 depuis deux semaines . « La fédération a été placée sous tutelle administrative en attendant le passage de l'expert », révèle Kader Arif, secrétaire national aux fédérations. « Nous cherchons à comprendre mais chaque jour amène un peu plus de clarté », soutient Jean-Claude Villemain, qui se dit relativement confiant. « Quarante-deux militants se sont mis à jour lors de la désignation pour les investitures aux cantonales et aux municipales (NDLR : le 5 octobre). Et les recettes vont continuer à rentrer. »
La possibilité de malversations évoquée de façon insistante On voit mal comment les cotisations des militants pourront suffire à éponger le déficit. D'autant plus que de nouvelles échéances électorales se profilent dans six mois. On s'interroge aussi sur le rôle des garde-fous. Pendant un an et demi, le trou aurait continué à se creuser sans que personne ne s'en émeuve. L'acquisition de nouveaux locaux pour la fédération, les dépenses de
campagne et les retards de cotisation n'expliquent pas tout. De façon de plus en plus insistante dans l'entourage de la fédération, on évoque des malversations. Dans le même temps, on s'interroge sur la disparition depuis septembre du directeur de cabinet de Jean-Claude Villemain, Guillaume Fauchoix. « Son nom n'apparaît plus à la fédération, indique un membre, sous couvert d'anonymat. Même s'il avait fait quelques c..., on ne peut pas lui mettre tout sur le dos. » Accidenté cet été, Guillaume Fauchoix ne répond plus. Aucun lien entre d'éventuelles indélicatesses et le silence du directeur de cabinet n'a été matériellement établi. Et, si malversation il y a, aucune plainte n'a été déposée. « La fédération ne le fera pas », pronostique un militant.
 
 
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Jean-Paul Legrand sur le portail Overblog